Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche Gaz schiste - Fiche Pétrole - Profiteurs

1143435650
Portrait de Power Corporation of/du Canada

Une entreprise dont le nom est synonyme de la Famille Desmarais

Palmarès des textes 2014

 
 

Le redéploiement stratégique de Power Corp.
et l'assujettissement du Québec à ses intérêts

 
 

Par JosPublic
basé sur les travaux de recherche de
Richard Le Hir

Analyste d'enquête

Cliquez ici pour la liste des principaux actionnaires et membres des conseils d'administration de Power et de certaines filiales.

Si Power Corp. était à l’origine une entreprise qui oeuvrait dans la production de l’énergie comme le suggère son nom, elle s’est surtout orientée vers le secteur des services financiers lorsque Paul Desmarais en a pris le contrôle au début des années 1960, à une époque où cette industrie était en plein essor, et les services financiers comptent encore pour la plus grande part de ses activités, comme on peut le constater en procédant à l’examen de l’organigramme des participations de l’entreprise

 
 

Communications et Médias

 
 

Détail du groupe mentionné dans l'organigramme ci-dessus, le Groupe de communications Square Victoria est une filiale en propriété exclusive de Power Corporation. Elle détient des participations dans Gesca et Propriétés numériques Square Victoria.

Gesca est une filiale en propriété exclusive qui publie le quotidien national de langue française La Presse ainsi que six autres quotidiens du Québec et de l’Ontario. Par l’entremise d’une filiale, Gesca ltée gère également lapresse.ca ou cyberpresse.ca, un important site Web canadien de nouvelles de langue française.

Propriétés numériques Square Victoria est une filiale en propriété exclusive qui œuvre essentiellement dans le domaine numérique, notamment par le biais de ses participations dans Workopolis, la principale entreprise d’offre et de recherche d’emplois en ligne au Canada, et dans Olive Media, un réseau canadien de publicité en ligne. Propriétés numériques Square Victoria détient aussi La Presse Télé, l’une des plus importantes entreprises indépendantes de production télévisuelle du Québec.  En 2014 voici la présentation des logos de ses médis.

En mars 2015, il y a un gros changement dans sa structure de Gesca

 

La famille Desmarais vend ses journaux à la famille Desmarais? Donc au Parti Libéral

Le Soleil de Québec, Le Droit d’Ottawa/Gatineau, Le Nouvelliste de Trois-Rivières, La Tribune de Sherbrooke, Le Quotidien de Saguenay et La Voix de l’Est de Granby sortent donc du giron de Gesca de la famille Desmarais, qui gardent cependant La Presse.

L'acheteur de façade Martin Cauchon refuse de dire qui sont les bailleurs de fonds du Groupe Capitales Médias Inc. et l'homme n'est pas reconnu comme étant millionnaire.  Mais, l'entreprise qu'il a créé n'a inscrit aucune autre personne que lui-même qui se présente comme actionnaire majoritaire de l'entreprise au registre des entreprises du Québec. Une magouille de plus du Clan Desmarais/Libéraux.

 

Impressionnant montage financier à partir d'entreprises d'Europe

 
 

Au début des années 1980, Paul Desmarais et son comparse belge Albert Frère parviennent à mettre la main sur une filiale suisse de la banque française Paribas qui était sur le point d’être nationalisée par le gouvernement socialiste nouvellement élu du président français François Mitterrand.

Paul Desmarais

Albert Frère

Peu de temps après cette opération qui fut à l’époque controversée, cette banque d’investissement refaisait surface sous le nom de Pargesa.

C'est elle qui détient maintenant les participations de Power et des familles Desmarais et Frère dans les grands groupes industriels
que sont Imerys (leader mondial des minéraux industriels), Lafarge (leader mondial des matériaux de construction et notamment le ciment), GDF-Suez (1er  producteur indépendant d’électricité dans le monde, 1er acheteur de gaz naturel et importateur en gaz naturel liquéfié en Europe, 1er réseau de transport et de distribution de gaz en Europe, etc), Suez Environnement (gestion de l’eau et des déchets), Total (grande multinationale française du pétrole), Pernod-Ricard (boissons alcoolisées), et quelques autres participations moins importantes via le Groupe-Bruxelles Lambert dans les secteurs de l’énergie (Iberdrola), de la pétrochimie (Arkema), etc.

Avec les années, le placement de Power Corp. et de la famille Desmarais dans Pargesa a pris beaucoup d’importance et en est venu à revêtir une importance stratégique vitale, dans la mesure où il risque fort d’assurer l’avenir du groupe. En effet, le secteur des services financiers a été durement ébranlé au cours des dernières années avec la crise financière de 2008 dont les effets ne se sont pas encore tous résorbés, et il n’y a aucun doute qu’il serait encore plus durement éprouvé par une nouvelle crise comme celle qui semble de plus en plus inévitable dans un avenir prochain.

On peut avancer sans risque de se tromper que cette crise imminente, dont on commence tout juste à parler dans les grands médias internationaux et dont la plupart des citoyens des pays qui seront touchés ne se doutent même pas qu’elle est sur le point de les frapper, a été anticipée par tous les grands investisseurs de la planète, et qu’ils s’y préparent déjà depuis un bon moment. Power Corp. et les Desmarais figurent dans ce groupe, et cela fait déjà plusieurs années qu’ils ont compris qu’il leur fallait se repositionner sur le plan stratégique.  

L’instrument qu’ils utilisent pour parvenir à cette fin est leur placement dans Pargesa et le très complexe schéma de participations croisées et de relations d’affaires qui les assure de se retrouver aux premières loges de toutes les grandes décisions d’affaires dans le monde et d’y exercer une grande influence.   

Ils ne font d’ailleurs mystère ni de leur but, ni de leurs méthodes. En effet,

« La stratégie du Groupe Pargesa repose sur les principes suivants : 

  • concentration du portefeuille sur un nombre limité de participations significatives, avec pour objectif la création de valeur sur le long terme.

  • obtention d'une position de contrôle ou d'influence majeure dans ces participations.

  • mise en oeuvre continue d'un travail professionnel d'actionnaire stratégique auprès des participations. »

Et pour ceux d’entre vous qui pourraient se demander ce que veut dire le troisième point, il s’agit tout simplement pour l’actionnaire stratégique de mettre à la disposition des entreprises dans lesquelles il a investi tout son savoir-faire et son réseau de relations et d’influence pour faciliter l’atteinte de leurs objectifs, étant entendu qu’il en sera l’un des principaux bénéficiaires.

Donc, pour comprendre l’intérêt que Power Corp. et la famille Desmarais ont pour le Québec, il faut le regarder à travers le prisme des champs d’activités des entreprises dans lesquelles Pargesa a investi. Bien entendu, les entreprises de services financiers que contrôle le Groupe Power sont en plus en mesure d’appuyer financièrement par leurs placements (donc avec l’argent de leurs assurés ou des petits investisseurs dans les fonds divers qu’ils contrôlent) les entreprises auxquelles ils sont intéressés.

Au cours des dernières années, on a pu se rendre compte que le groupe Power était intéressé au Québec aux domaines suivants : la production d’électricité (Hydro-Québec), la production et la distribution de gaz naturel (Gaz-Métro, Noverco, Projet Rabaska, gaz de schistes 10 ), Anticosti (pétrole de schistes 11), la construction et la gestion d’infrastructures (CHUM, les PPP 12), etc.

Et si l’on examine maintenant la liste des champs d’activités des entreprises dans lesquelles Pargesa est présente, on constate que le mariage est parfait. Même si aucune annonce n’a encore été faite sur un éventuel investissement d’Imerys ou de l’une de ses filiales au Canada, on voit bien que le Plan Nord est taillé sur mesure pour ses besoins.

En bonne actionnaire stratégique, Pargesa met donc à la disposition de ces dernières son savoir-faire et sa connaissance des réseaux d’influence au Québec pour faciliter le développement de leurs affaires, des siennes, et des profits de Power Corp et de la famille Desmarais.

 

Avoir ses entrées dans les cercles politiques

 
 

Vu les cibles visées au Québec, il est évident qu’il faut avoir ses entrées dans les cercles politiques, et Paul Desmarais les cultive assidûment depuis cinquante ans, au point d’être devenu ce que les Américains appellent un « kingmaker ».

Daniel Johnson

 

Nicolas Sarkozy

 

André Pratte

 

Michel-Plessis Bélair

 

Henri-Paul Rousseau

 

Michael Sabia

Les plus vieux se souviendront de ces vacances à Hawaï que Paul Desmarais avait offertes à l’ancien premier ministre Daniel Johnson dans la foulée de la visite du Général De Gaulle, ostensiblement pour l’aider à se remettre d’un incident cardiaque, à l’issue desquelles Johnson n’avait eu rien de plus pressé que de renoncer publiquement à toute velléité d’indépendance pour le Québec, lui qui avait été l’auteur d’un livre-manifeste intitulé justement « Égalité ou Indépendance ».

Mais ce n’était que le début. Il n’y a qu’à voir le rôle et l’influence que lui-même et ses hommes ont pu exercer au sein du PLC et du PLQ au fil des années. Et ce rôle est devenu encore plus apparent avec les confidences de Nicolas Sarkozy sur son amitié avec Paul Desmarais et sur l’influence qu’il a eue sur sa décision de se porter candidat à la présidence française. Qui peut le plus peut le moins.  

Par ailleurs, pour faciliter le conditionnement de l’opinion publique à ses projets et à la prise de décisions politiques qui l’avantagent, Power peut aussi compter sur l’Institut économique de Montréal et les médias qu’elle contrôle au Québec.

Les « études » que finance l’IEDM, ou le Manifeste des Lucides lancé par André Pratte de La Presse, cherchent à encourager le développement au Québec d’un soutien populaire à des thèses qui vont permettre à Power et à la famille Desmarais de mettre la main sur des actifs québécois à des conditions particulièrement avantageuses.

En répandant l’idée que le Québec vit au-dessus de ses moyens et qu’il est trop endetté, comme La Presse et les journaux de Gesca le répètent depuis des années, Power crée un climat d’opinion favorable à la privatisation d’actifs qu’elle convoite, comme Hydro-Québec ( 01 ) ou à la cession au secteur privé (lire Power) de certains actifs jugés non stratégiques, comme les droits que détenait Hydro-Québec sur le pétrole et le gaz d’Anticosti, cédés à Petrolia ( 02 ).

Et pour garder un œil sur ce qui se passe à Hydro-Québec, quoi de mieux que de jouer d’influence pour faire placer un de ses hommes au conseil d’administration d’Hydro-Québec, en l’occurrence Michel-Plessis Bélair, un haut dirigeant de Power

Mais Power et les Desmarais ne sont pas intéressés que par Hydro-Québec. La Caisse de dépôt et de placements (CDP) est aussi une cible juteuse qui regroupe les nombreux investissements stratégiques du Québec dans des secteurs d’activités complémentaires aux activités de Pargesa.

À la suite de la crise financière de 2008 et de la perte par la CDP de 40 milliards $, le président de cette institution, Henri-Paul Rousseau, dans un geste qui a surpris tous les observateurs du milieu a subitement quitté la Caisse pour rejoindre Power.

On finira bien un jour par découvrir le rôle joué par Henri-Paul Rousseau pendant cette crise financière alors qu’il était président de la Caisse pour préserver Power de certaines des retombées les plus négatives de cette crise, mais il fallait qu’il soit déterminant pour qu’il soit appelé aussi rapidement en renfort à la direction du groupe Power, et il ne faudrait pas se surprendre que la réponse se trouve du côté de Coventree ( 13 ), le principal fournisseur de PCAA non bancaires lors de la crise financière, dont la CDP était justement l’un des principaux actionnaires.  

 

Un agenda politique pour les Desmarais

 
 

Maintenant qu’il est rendu chez Power, Rousseau est l’homme tout indiqué pour diriger l’offensive de Power sur les actifs du Québec, d’autant plus que Power avait développé avec Michael Sabia, son remplaçant à la Caisse, des liens étroits avant même qu’il n’occupe ses nouvelles fonctions

On se souviendra qu’à peine nommé à la Caisse, Michael Sabia s’était précipité chez Power à l’invitation d’André Desmarais pour y rencontrer son prédécesseur Rousseau et le gratin du monde québécois des affaires.

Depuis qu’il est à la Caisse, Sabia a multiplié les décisions qui opèrent une rupture avec le passé, ostensiblement dans le but de rompre avec les pratiques qui ont mené à la perte des 40 milliards $ lors de la crise financière.

Mais de nombreux observateurs se demandent si les nouvelles structures mises en place n’auraient pas tout simplement pour but de faciliter l’écrémage discret de la Caisse au profit d’intérêts privés, dont au premier chef Power.   

Quoiqu’il en soit, il existe des signes tangibles que cette lecture est la bonne. En effet, tout récemment, la CDP annonçait qu’elle prenait une participation importante (1 milliard $) dans l’entreprise française SPIE, le numéro 4 de l’énergie électrique en Europe ( 03 )

Or le financement de la société d’investissement PAI Partners (croyez le ou non, c’est une entreprise française) qui se décrit comme le « Leader européen du private equity » (il faut le voir pour le croire) ( 04 )  et qui détenait 87 % des actions de SPIE est en partie assuré par le fonds  PAI Europe III qui appartient au Groupe Bruxelles-Lambert ( 05 ), lui-même un élément clé du dispositif de contrôle de Pargesa et des familles Desmarais et Frère ( 06 ).

Et il y a de cela un peu plus de deux ans, la filiale immobilière de la CDP, la SITQ
( 14 ), s’était départie au profit de GDF-Suez, dans laquelle Pargesa détient une participation stratégique, de son intérêt dans AXIMA-Services inc., « le leader québécois de la gestion d’infrastructures techniques, notamment dans le domaine du bâtiment et des infrastructures aéroportuaires » ( 07 ).

Ce développement était d’autant plus remarquable que ce domaine d’activité n’entre pas dans le champ des métiers exercés par GDF-Suez, comme on peut le constater en visitant le site de l’entreprise ( 08 ).

Il faut donc se demander si la présence de GDF-Suez dans ce dossier n’en est pas une de pure complaisance pour servir de couverture à des intérêts qui ne pourraient pas se découvrir sans que cela ne soulève un tollé dans l’opinion publique.

Ce genre de pratique est courante dans les milieux d’affaires.

George Bush Père - Jacqueline Maranger Desmarais épouse de Paul Desmarais et  Jean Charest

On comprend donc qu’il soit crucial pour un groupe comme Power et les intérêts Desmarais d’avoir leurs entrées auprès du pouvoir politique, et à plus forte raison lorsqu’ils sont en plein repositionnement stratégique à des fins défensives, comme c’est le cas à l’heure actuelle. On comprend aussi qu’ils aient pu être inquiets de voir le PLQ et Jean Charest tomber en chute libre dans l’opinion publique au moment où ils en avaient le plus besoin.

Et il fallait que leurs craintes soient très fortes pour encourager comme ils l’ont fait la venue du tandem François Legault/Charles Sirois sur l’échiquier politique, pour remplacer Charest et le PLQ qu’ils considèrent irrémédiablement discrédités dans l’opinion publique.  

 

Que cache le besoin de Power corporation de se dévoiler au Québec?

 
 

Comme je l’écrivais il y a quelques mois :

« Mais que se cache-t-il donc derrière cette précipitation à vouloir forcer le jeu.» Y a-t-il quelque chose que l’empire Desmarais sait et que nous ne savons pas ? Et la réponse à cette question est évidente.

Oui, il y a beaucoup de choses que l’empire Desmarais sait et que nous ne savons pas. Et il semble que l’imminence des développements qu’il anticipe pousse l’empire à vouloir compter sur la présence au Québec d’un gouvernement qui sera favorable à ses intérêts. Un gouvernement qui repoussera toute perspective d’indépendance aux calendes grecques et qui adoptera un agenda conservateur sur le plan budgétaire, comme celui qui vient d’être déposé en Angleterre, pour permettre à l’empire de mettre la main sur les richesses du Québec.

Pour justifier que l’empire se mette à nu comme il le fait, ce doit être gros, très gros. Tellement gros que je ne serais pas surpris qu’il s’agisse d’une crise économique encore plus grave que celle que nous venons de connaître, ou alors une guerre. » ( 09 )

Nous savons maintenant qu’il s’agit plus vraisemblablement d’une crise économique que d’une guerre. Mais nous savons maintenant aussi que l’empire Power est prêt à tout pour mettre la main sur les richesses du Québec. Sa survie est en jeu.

Comme je le disais au début, on ne peut pas reprocher à un loup d’être un loup, et il ne fait aucun doute que, dans cette affaire, le loup est affamé. La responsabilité du berger n’en est donc que plus grande. Or il se trouve en ce moment que le berger est Jean Charest, et la complaisance qu’il démontre en ouvrant au loup toutes grandes les portes de la bergerie est proprement alarmante. Sans aucun mandat à cet effet, il est en train de dilapider nos richesses collectives au profit d’intérêts privés comme Power. Sous sa direction, le Québec est en train de faire un grand bond en arrière et de revenir à l’époque de Duplessis.

On se souviendra que les Québécois avaient alors senti le besoin de mettre fin à cette exploitation et s’étaient lancés dans un vaste exercice de reprise en main des leviers de l’État sous le thème « Maîtres chez nous ». Nous voici de nouveau confrontés à la même nécessité.

 

Nom de l'image : Maîtres chez nous
Année :
1962
Description :
Affiche utilisée par le Parti libéral du Québec lors de la campagne électorale de 1962.
Transcription :
Maintenant ou jamais! Maîtres chez nous

 
 

Propriétaires et administrateurs de Power Corporation du Canada

 
 

Portrait de Power Corporation of Canada
1143435650

Date d'immatriculation de l'Entreprise au Québec

9 mars 1995

Date de mise à jour de l'état des renseignements au registre

5 février 2014

Vérification du fichier  Registre des entreprises du Québec par JosPublic,  le 15 mai 2014

Siège social au Québec

751, rue du Square-Victoria
Montréal (Québec) H2Y2J3
Canada

 

Nombre de salariés.es au Québec

Entre 26 et 49

 

Forme juridique

Société par actions ou compagnie

Canada: loi sur les corporation canadiennes parti 1, S.R.C. 1970, c C-32

Activité économique

Société de portefeuille (holding)

 

Autre nom utilisé au Québec

Square Victoria Immobilier, Square Victoria Real Estate

En vigueur depuis le 27 février 2007

Premier actionnaire est majoritaire

Fiducie familiale résiduaire Desmarais

520-759, rue du Square-Victoria, Montréal Québec H2Y 2J7 Canada

Président délégué du conseil, président et co-chef de la direction et Administrateur
 

DESMARAIS, ANDRÉ

17 av. Forden Westmount (Québec) H3Y2Y6 Canada

Administrateur
Président du conseil et co-chef de la direction
 

Paul DESMARAIS Jr.
Aussi propriétaire de LES PRÉS SUR LE LAC. Élevage de vaches laitières à Stanstead

3120 ch. Daulac Westmount (Québec) H3Y2A2 Canada

Administrateur et vice-président du conseil
 

Michel PLESSIS-BÉLAIR
Il est aussi vice-président de la Corporation financière Power, Directeur de IGM Financial Inc. vice-président de Power Financial et directeur de la Great-West Life et de Great West Life & Annuity insurance Co. Membre du comité de vérification de la Great West life insurance compagny, Directeur, membre du comité des nominations et rémunération du Groupe Bruxelles Lambert S.A., Directeur de Great-West Life Capital Trust, Directeur et membre du comité de vérification de GWL&A Financial, Directeur et Membre du Comité de vérification de Pargesa Holding S.A. Directeur pour Rexel Canada electrical, London Insurance Groups inc. Gesca Ltée, Lallemand Inc. La Presse Ltée. Il est aussi directeur et président du comité des finances, du comité de l'éthique et de la gouvernance, membre du comité exécutif et membre du comité de fonds de retraite chez Hydro-Québec

945 ch. Dunsmuir Mont-Royal (Québec) H3R3A1 Canada
 

Administrateur
 

GRATTON, ROBERT
a été PDG de la Financière Power de 1990 à 2005 et ensuite président du conseil avec pouvoirs exécutifs. En 2012 il est directeur de la London insurance Group inc, Membre de plusieurs comités de la Great West life insurance company et de la IGM Financial Inc. de 1992 à 2010 il a été directeur pour Pargesa Holding S.A.

105 av. Maplewood Montréal (Québec) H2V2M2 Canada
 

Administrateur
 

Robert PARIZEAU F. ICD
Ancien directeur et membre du comité de vérification de Power corporation of Canada. président de AON Parizeau Inc. Il est le principal directeur et président du comité de gouvernance, comité de vérification, membre du comité des ressources humaines chez Van Houtte inc.

319-2333 rue Sherbrooke O Montréal (Québec) H3H2T6 Canada
 

Administrateur
Vice-président exécutif, bureau du président du comité exécutif
 

John A. RAE
Frère de Bob Rae du Parti Libéral du Canada. Directeur de Earth Energy Utility Corp, Ranger Oil limited

624-2600 av. Pierre-Dupuy Montréal (Québec) H3C3R6 Canada
 

Administrateur
 

Laurent DASSAULT
Vice-président du Groupe Industriel Marcel Dassault (GIMD)

VILLA MONTMORENCY, 6 AVE. DES TILLEULS 75016 PARIS FRANCE

Administrateur
 

Donald F MAZANKOWSKI
Ancien ministre fédéral, consultant pour la firme d'avocats Gowling Lafleur Henderson, membre du conseil d'administration de Weyerhaeuser co. Atco ltd, Shaw communication

80, NOTTINGHAM INLET SHERWOOD PARK T8A6N2
 

Administrateur
 

Jerry E. A. NICKERSON
Siège à plusieurs conseils d'administration dans les filiales ou des entreprises liés à Power corporation

59, MECH AVENUE NORTH SYDNEY NOVA SCOTIA B2A1R9
 

Administrateur
 

Emoke SZATHMARY
président émérite de l'université du Manitoba

944, KILKENNY DRIVE WINNIPEG MANITOBA R3T4G3

Administrateur
 

Anthony R. GRAHAM LL.D
Directeur chez George Weston Ltd. Président de Wittington Investments Ltd, Président de Sumarria Inc. Vice-président exécutif de la National Bank Financial, Directeur et membre du comité de vérification de Garbell holdings Ltd. Président du conseil d'administration de Graymont Westerne Caanda, et de Choise Bank une filiale de Loblaw Companies limited . Directeur de Provigo, du St. Michael's hospital

9, HIGHLAND AVENUE TORONTO ON M4W2A2
 

Administrateur

James R. NININGER

17, DOW'S LAKE ROAD OTTAWA ONTARIO K1S4L1

Administrateur
 

Pierre BEAUDOIN
Directeur des opérations, président et administrateur de Bombardier Inc.-B. Il est aussi président de Bombardier Recreational Products, inc.

757 av. de Lexington Westmount (Québec) H3Y1K8 Canada
 

Administrateur
 

Jeffrey R. ORR
Président et chef de la direction de Corporation Financière Power. Administrateur de Great-West Lifeco Inc.

617 av. Clarke Westmount (Québec) H3Y3E5 Canada
 

Administrateur
 

Raymond S. L. MCFEETORS
Vice-président du Conseil d'administration de Lifeco, administrateur de Canada life, Président de London life. Administrateur de IGM Financial Inc.

22, BOULEVARD DUMBARTON WINNIPEG (MANITOBA) R3P2C7
 

Administrateur
Vice-président du conseil
 

ROUSSEAU, HENRI-PAUL selon wikipédia et Le président de la Caisse selon Pierre Dubuc sur Vigile. Ex-président de la Caisse de dépôt et placement du Québec

1025, BOULEVARD MONT-ROYAL, APP. 301 MONTRÉAL (QUÉBEC) H2V2H4
 

Vice-président du conseil d'administration et Administrateur
 

Guy FORTIN
Administration de Corporation d'investissements SANPALO, Administrateur de Globe Investor, cofondateur de Media Group, membre du comité de gouvernance et de ressources humaines de Groupe Lapierre & Verreault inc.

436, RUE ELM WESTMOUNT (QUÉBEC) H3Y3J1
 

Administrateure
 

Isabelle MARCOUX
Présidente du conseil d'administration de Transcontinental inc.

26, RUE AINSLIE OUTREMONT (QUÉBEC) H2V3Y3
 

Administrateur
 

Marcel R. COUTU

Monsieur Coutu est Président et chef de la direction de Canadian Oil Sands Limited et Président du conseil d'administration de Syncrude Canada Ltd. Il est aussi administrateur d'autres compagnies de l'industrie évoluant à la bourse dont Brookfield Asset Management and Great-West Lifeco Inc. (une filiale de Power Corporation)

Annonce du 30 mai 2011 - 27 St Springside Calgary Alberta T3Z 3M1 Canada
 

Administrateur
Début du mandat 15 mai 2013

J. David A. Jackson

PH5-3800, Street Young, Toronto, Ontario, M4N 3P7, Canada

Administrateur
début du mandat: 2011
 

T. Timothy Ryan jr.
Chef de la direction de la Securities Industry and Financial Markets Association, chef de la direction de la Global Financial Markets, administrateur de Great West Lifeco, de Putnam Investments, du Lloyds banking group, de la Lloyds TSB Bank, de HBOS, de Bank of Scotland et de la United States-Japan foundation

Penth.-120 ST 79th Street E New York New York 10075 United States
 

Secrétaire non membre du conseil d'administration 03 août 2012

 

M.  Stéphane Lemay
poste de vice-président, chef du contentieux et secrétaire. Ce dernier devient également porte-parole de la Société auprès des médias. M. Lemay est entré au service de Power Corporation en 2005 à titre de vice-président, avocat-conseil adjoint et secrétaire associé. Avant de se joindre à Power, il a occupé divers postes de direction dans les domaines des affaires juridiques et publiques, au sein de sociétés des secteurs des télécommunications et manufacturier. M. Lemay a débuté sa carrière dans un cabinet d’avocats d’envergure nationale situé à Montréal.

92 av. de la Moselle Saint-Lambert (Québec) J4S1W2 Canada

 

Directeur de l'entreprise
 

Donald F MAZANKOWSKI
Ancien ministre fédéral, consultant pour la firme d'avocats Gowling Lafleur Henderson, membre du conseil d'administration de Weyerhaeuser co. Atco ltd, Shaw communication

80, NOTTINGHAM INLET SHERWOOD PARK ALBERTA T8A6N2

 
 

1143438803
Portrait de
CORPORATION FINANCIÈRE POWER

 

 

Date d'immatriculation de l'Entreprise au Québec

09 mars 1995

 

Date de mise à jour de l'état des renseignements au registre

7 février 2014

Vérification du fichier par JosPublic, le 15 mai 2014

Siège social
 
 

751 rue du Square-Victoria
Montréal (Québec) H2Y2J3
Canada
 

Adresse postale : Département juridique. 751, rue du Square-Victoria, Montréal, Québec, H2Y2J3, Canada

Forme juridique de l'entreprise

Société par actions ou compagnie, Loi sur les assurances

CANADA : Loi canadienne sur les sociétés par actions, L.R.C. (1985) c. C-44

Nombre de salariés.es au Québec

Entre 26 et 49

 

Activité économique

Sociétés de portefeuille (holdings)

 

Autre établissement au Québec

   

Premier actionnaire est majoritaire

171263 Canada Inc.

751 rue du Square-Victoria Montréal (Québec) H2Y2J3 Canada

Administrateur
 

DESMARAIS, ANDRÉ

55 place Belvédère Westmount Québec H3Y 1G6, Canada

Administrateur
 

Paul DESMARAIS Jr.
Aussi propriétaire de LES PRÉS SUR LE LAC. Élevage de vaches laitières à Stanstead

3120 ch. Daulac Westmount (Québec) H3Y2A2 Canada
 

Administrateur
 

FRÈRE, GÉRALD
Administrateur délégué du Groupe Bruxelles Lambert

1, RUE DE LA BIERLAIRE GERPINNES B-6280 BELGIQUE

Administrateur (président du Conseil d'administration en 2008)
 

GRATTON, ROBERT
a été PDG de la Financière Power de 1990 à 2005 et ensuite président du conseil avec pouvoirs exécutifs en 2008. En 2012 il est directeur de la London insurance Group inc, Membre de plusieurs comités de la Great West life insurance company et de la IGM Financial Inc. de 1992 à 2010 il a été directeur pour Pargesa Holding S.A.

105 av. Maplewood Montréal (Québec) H2V2M2 Canada
 

Administrateur en 2012
 

Donald F MAZANKOWSKI
Ancien ministre fédéral, consultant pour la firme d'avocats Gowling Lafleur Henderson, membre du conseil d'administration de Weyerhaeuser co. Atco ltd, Shaw communication

80, NOTTINGHAM INLET SHERWOOD PARK ALBERTA T8A6N2
 

Administratrice
 

Louise Roy

1115, rue Sherbrooke Ouest, app. 2702 Montréal, Québec H3A 1 H7

Administrateur
 

ROYER, RAYMOND
anciennement de Bombardier et Domtar, Arnaury de Sèze (ex-Suez), Anciennement de Ballard Power Systems Inc. Directeur du centre de santé de l'université McGill, membre du conseil d'administrateur de Norampac Inc. et administrateurs de plusieurs filiales de Power corporation

2199 ch. du Bord-du-Lac Montréal (Québec) H9C1P3 Canada
 

Vice-président et administrateur
 

Michel PLESSIS-BÉLAIR
Il est aussi administrateur de la Power Corporation of Canada Directeur de IGM Financial Inc. vice-président de Power Financial et directeur de la Great-West Life et de Great West Life & Annuity insurance Co. Membre du comité de vérification de la Great West life insurance compagny, Directeur, membre du comité des nominations et rémunération du Groupe Bruxelles Lambert S.A., Directeur de Great-West Life Capital Trust, Directeur et membre du comité de vérification de GWL&A Financial, Directeur et Membre du Comité de vérification de Pargesa Holding S.A. Directeur pour Rexel Canada electrical, London Insurance Groups inc. Gesca Ltée, Lallemand Inc. La Presse Ltée. Il est aussi directeur et président du comité des finances, du comité de l'éthique et de la gouvernance, membre du comité exécutif et membre du comité de fonds de retraite chez Hydro-Québec

945 ch. Dunsmuir Mont-Royal (Québec) H3R3A1 Canada
 

Administrateur
 

Jerry E. A. NICKERSON
Siège à plusieurs conseils d'administration dans les filiales ou des entreprises liés à Power corporation

59, MEECH AVENUE NORTH SYDNEY N.S. B2A1R9
 

Administrateur
 

Emoke SZATHMARY
président émérite de l'université du Manitoba

944, KILKENNY DRIVE WINNIPEG (MANITOBA) R3T4G3

Président et administrateur
 

Jeffrey R. ORR
président de la financière Power et chef de la direction. Administrateur de Great-West Lifeco Inc.

617 av. Clarke Westmount (Québec) H3Y3E5 Canada
 

Administrateur
 

AUNE, J. BRIAN
Administrateur et membre du comité de vérification de Constellation Software Inc. Président de Alderprise Inc. Administrateur de Teck Metals, de Kaoclay Resources inc.

6505, 3RD AVENUE, UNIT 325 DELTA (COLOMBIE-BRITANNIQUE) V4L2N1
 

Administrateur
 

Raymond S. L. MCFEETORS
Vice-président du Conseil d'administration de Lifeco, administrateur de Canada life, Président de London life. Administrateur de IGM Financial Inc.

22, BOULEVARD DUMBARTON WINNIPEG (MANITOBA) R3P2C7
 

Administrateur

 

BIBEAU, MARC ANDRÉ
Il est président du comité de vérification. Il siège au conseil d'administration d'une filiale: La Société financière IGM Inc. où il est membre des comités de direction, vérification et des stratégies de placement. Il est aussi une des têtes dirigeantes de l'entreprise Schokbeton qui est connue pour avoir participé à la construction du stade olympique. Le conseiller municipal de Laval et membre du comité exécutif aux côtés de Gilles Vaillancourt, Benoît Fradet, est vice-président de Shockbéton. M. Bibeau est également très actif au Parti Libéral du Québec à titre d'organisateur politique et de responsable du financement. Il est un ami personnel de Jean Charest. La partie en italique provient de la Commission Charbonneau
: Consultez l'organigramme de la Famille Bibeau et cie associées

4, AVENUE GARRISON LANE BEACONSFIELD (QUÉBEC) H9W5C2
 

Administrateur
Début du mandat: 2009
 

HARDER, V. PETER LL.D., M.A
Conseiller principal en matière de politiques gouvernementales du Bureau Fraser Milnere Casgrain, membre du conseil de IGM Financial Inc. Il est président du Conseil commercial Canada-Chine. A déjà été sous-ministre des Affaires étrangères du Canada, aussi il est administrateur de Telesat Canada et est un conseiller indépendant auprès du vérificateur général du Canada

5583, PETTAPIECE CRESCENT MANOTICK (ONTARIO) K4M1C5
 

Administrateur

ROUSSEAU, HENRI-PAUL

1025, BOULEVARD MONT-ROYAL, APP.301 MONTRÉAL (QUÉBEC) H2V2H4

Administrateur
 

DE SEZE, AMAURY-DANIEL
Pnb Paribas, Administrateur chez Elis Sa, Sema pic, Fives, GIB Sa. Groupe industriel Marcel Dassault, United Biscuits Finance, Saeco International Group, etc.

51, BOULEVARD BEAUSÉJOUR 750016 PARIS FRANCE
 

Administrateur
 

T. Timothy Ryan jr.
Chef de la direction de la Securities Industry and Financial Markets Association, chef de la direction de la Global Financial Markets, administrateur de Great West Lifeco, de Putnam Investments, du Lloyds banking group, de la Lloyds TSB Bank, de HBOS, de Bank of Scotland et de la United States-Japan foundation

Penth.-120 ST 79th Street E New York New York 10075 United States
 

Administrateur en 2012
 

Donald F MAZANKOWSKI
Ancien ministre fédéral, consultant pour la firme d'avocats Gowling Lafleur Henderson, membre du conseil d'administration de Weyerhaeuser co. Atco ltd, Shaw communication

80, NOTTINGHAM INLET SHERWOOD PARK ALBERTA T8A6N2
 

Secrétaire non membre du conseil d'administration 3 août 2012

M.  Stéphane Lemay
poste de vice-président, chef du contentieux et secrétaire. Ce dernier devient également porte-parole de la Société auprès des médias.

 

Notes et Références:

1142926832
Portrait de 171263 CANADA INC.

 

 

Date d'immatriculation de l'Entreprise au Québec

24 février 1995

 

Date de mise à jour de l'état des renseignements au registre

5 février 2014

Vérification du fichier par JosPublic, le 15 mai 2014

Siège social
 
 

751 rue du Square-Victoria
Montréal (Québec) H2Y2J3
Canada

 

Forme juridique de l'entreprise
 
 

Société par actions ou compagnie

CANADA : Loi canadienne sur les sociétés par actions, L.R.C. (1985) c. C-44

Nombre de salariés.es au Québec

Aucun

 

Activité économique

Sociétés de portefeuille (holdings)

 

Premier actionnaire est majoritaire

POWER CORPORATION OF CANADA

 

Président & administrateur

André ESMARAIS

55, place Belvédère Westmount Québec H3Y 1G6 Canada

Administrateur
 
 

Paul DESMARAIS Jr.
Aussi propriétaire de LES PRÉS SUR LE LAC. Élevage de vaches laitières à Stanstead

3120 ch. Daulac Westmount (Québec) H3Y2A2 Canada
 

Administrateur
Début du mandat le 15 décembre 2012

Michel Plessis-Bélair

945, chemin Dunsmuir Mont-Royal Québec H3R 3A1 Canada

Administrateur
 

Donald F MAZANKOWSKI
Ancien ministre fédéral, consultant pour la firme d'avocats Gowling Lafleur Henderson, membre du conseil d'administration de Weyerhaeuser co. Atco ltd, Shaw communication

80, NOTTINGHAM INLET SHERWOOD PARK ALBERTA
 

Administrateur
Date du début du mandat: 27 juin 2012

Gregory D. Tretiak

751, rue du Square-Victoria, Montréal, Québec H2Y 2J3 Canada

Secrétaire non membre du conseil d'administration

Edward Johnson

621, avenue Murray Hill Westmount Québec H3Y 2W7 Canada

 

Power à l'international

 
 

 

Les preuves de l’implication de Power Corp. dans le développement des activités des gaz et du pétrole de schistes au Québec s’accumulent. Et comme Power a l’habitude de le faire, elle avance masquée. En effet, Power n’œuvre pas qu’au Québec et au Canada. Elle est très active en Europe par l’entremise de sa filiale Pargesa Holding

GDF/SUEZ : la face cachée: Les principaux événements ayant permis la fusion GDF-SUEZ

GDF Suez est née de la privatisation de la société Gaz de France et de la fusion de ses activités avec le groupe de services publics Suez en 2008 sous l’impulsion du gouvernement français. Ce dernier conserve d’ailleurs 35 % des actions de l’entreprise. On notera la présence de Loïc Le Floch-Prigent parmi les anciens dirigeants de GDF (également ancien PDG de la pétrolière française Elf-Aquitaine avant sa fusion avec Total en 1999), le même le Floch-Prigent qui est impliqué dans Pilatus Energy, un partenaire de Petrolia, l’entreprise québécoise qui détient des permis sur l’Île d’Anticosti.

Avant d’être présent dans le capital de la pétrolière française Total, il faut savoir que le groupe Power était présent dans celui d’Elf Aquitaine. C’est donc à la faveur de la fusion de Total et d’Elf Aquitaine que le groupe Power s’est retrouvé avec une participation dans la première, avec d’ailleurs le groupe Frère qui, pour sa part, avait apporté dans la corbeille de la fusion sa participation dans la pétrolière belge Fina. (à suivre)

 
 

Power Corporation en Chine
publié le 11 août 2011

 
 

Power est maintenant propriétaire de 10% des actions de China Asset Management Co. (CAMC) Une société chinoise de gestion d'actif. La transaction est de près d'un milliard de dollars.

« CAMC est le leader dans le marché de la gestion de patrimoine, souligne Edward Johnson, premier vice-président de Power. Le taux de croissance annuel composé atteint 31 % par an depuis cinq ans. » Fondée en 1998, CAMC est en quelque sorte l'équivalent chinois de Financière Mackenzie ou de Groupe Investors, deux gestionnaires de fonds appartenant à Power.

En Chine, Power possède aussi 4,3 % (au 31 décembre 2010) de CITIC Pacific, société cotée à la Bourse de Hong-Kong active dans l'acier, le fer, l'énergie, les infrastructures et l'immobilier, principalement à Hong-Kong et en Chine continentale. De plus, Power détient le statut d'investisseur institutionnel étranger autorisé à acheter des actions « A » sur le marché chinois à Shanghai depuis 2004. Power a vendu, il y a trois ans, ses parts dans la coentreprise Sifang Locomotive Company, à laquelle Bombardier reste associée.
 

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus ne manquez pas de consulter les livres de Robin Philpot ou de Richard Le Hir sur l'empire Power corporation of Canada et la famille Desmarais. Extrait de l'Avant-propos du livre de Richard Le Hir:

 
 

AVANT-PROPOS
du livre l'empire Power corporation of Canada et la famille Desmarais

 
 

Je ne suis ni contestataire, ni révolutionnaire. Ce n’est pas dans mon caractère ou mes valeurs. Je ne l’ai jamais été, même en mai 1968 lorsque j’étais étudiant en Europe. Pour que j’en vienne à écrire un livre comme celui-ci, il a donc fallu que je découvre des faits que j’ignorais, et que je les trouve à ce point déterminants que je sente le besoin non seulement de remettre en question ma vision du système dans lequel nous vivons, mais aussi de chercher à mettre en lumière des agissements qui illustrent à mes yeux la face la plus détestable du capitalisme.

J’ai passé la plus grande partie de ma carrière dans les entreprises, autant des très grosses que des toutes petites, des nationales que des multinationales, et de par mes fonctions qui ont souvent consisté à représenter leurs intérêts auprès du public, des médias et des gouvernements, j’ai souvent eu à m’interroger sur la légitimité de leurs activités et de leurs actions. Il est en effet beaucoup plus facile de promouvoir ou de défendre une cause dont on est profondément convaincu des mérites.

Pendant toutes ces années, il m’est rarement arrivé de me sentir en porte à faux avec les intérêts que je représentais, et lorsque cela se produisait, je prenais rapidement mes distances. Ainsi, je me souviens d’avoir dit au président d’une grosse entreprise qui exploitait plusieurs usines au Canada et aux États-Unis, après seulement quelques mois passés à son service en tant que vice-président aux affaires juridiques, que je ne pourrais pas le servir loyalement et qu’il valait mieux que je m’en aille.

C’est pendant les années que j’ai passées à la tête de l’Association des Manufacturiers que j’ai raffiné ma compréhension de l’entrepreneurship et des deux grands modèles qui s’opposent, les bâtisseurs d’une part, et les écumeurs ou prédateurs de l’autre. Autant j’ai du respect pour les premiers, autant j’en ai peu pour les seconds.

Les bâtisseurs, ce sont ceux qui montent leur entreprise et assurent sa croissance et son succès en maîtrisant tous les aspects de la valeur ajoutée. Ils sont amoureux de leur métier et sont constamment en train de raffiner leurs produits et leurs procédés. Ils investissent dans la recherche et le développement, ils connaissent la contribution de leurs employés à leur succès et se comportent en toute chose de manière responsable.

Les écumeurs ou prédateurs, eux, ne s’intéressent qu’à la rentabilité financière de l’entreprise qui n’est pour eux qu’une machine à sous. Leur métier, c’est l’argent, et ils portent la responsabilité de la crise actuelle. Ce sont en effet leurs abus qui risquent désormais de précipiter le capitalisme dans sa chute.

Paul Desmarais n’est pas un bâtisseur. C’est un prédateur, un loup qui a compris qu’il est beaucoup plus facile de convaincre le berger de lui ouvrir toutes grandes les portes de la bergerie que de chercher continuellement à déjouer sa surveillance.

Son modèle d’affaires présente toutefois une faille majeure : il repose essentiellement sur l’opposition systématique entre ses intérêts personnels et l’intérêt collectif. C’est en effet ce que j’ai pu découvrir au fil des deux dernières années, en allant de surprise en surprise.

Le séjour en famille de Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt, au somptueux palais de Paul Desmarais à Sagard aura permis à tous les Québécois de découvrir le caractère totalement anormal et inacceptable des pratiques de l’empire Desmarais dans ses rapports avec le Gouvernement du Québec, ses ministères et les entreprises et organismes qu’il contrôle.

Et lorsqu’on voit le vénérable et prudentissime Le Devoir se fendre d’un éditorial comme il l’a fait en février dernier pour mettre sur le même pied l’habitude de Tony Accurso de cultiver ses « affaires » sur son yacht et celle de Paul Desmarais de recevoir ses « invités de marque » à Sagard, on comprend que l’image de ce dernier vient de chuter brutalement de plusieurs crans.

J’ai commencé à m’intéresser aux pratiques des Desmarais et de Power il y a deux ans, dans la foulée de l’annonce par Hydro-Québec de son intention d’acquérir Énergie Nouveau-Brunswick, une décision qui n’avait d’autre justification que de paver la voie à une privatisation éventuelle de notre société d’État que René Lévesque surnommait avec fierté « le navire-amiral de l’économie québécoise ».

Effectivement, l’acquisition d’Énergie NB aurait eu pour effet de faire d’Hydro-Québec une entreprise interprovinciale de compétence fédérale en vertu de la Constitution. Perdant sa compétence, le gouvernement québécois aurait eu beau jeu d’argumenter que Hydro-Québec ne revêtait plus pour le Québec le même intérêt stratégique, et il aurait fait miroiter aux Québécois « l’avantage » de privatiser l’entreprise pour réduire le fardeau de la dette du Québec et dégager d’importantes marges budgétaires pour maintenir à flot nos systèmes d’éducation et de santé, par exemple.

En fouillant ce dossier qui a fini par avorter, j’ai eu la surprise de découvrir à quel point Power Corporation, la société que contrôle Paul Desmarais, était parvenue à s’immiscer aux niveaux les plus élevés de l’appareil décisionnel du Québec, au point même d’être représentée au conseil d’administration d’Hydro-Québec.

Cette présence révèle toute son incongruité lorsqu’on découvre que Pargesa, la filiale européenne de Power, détient une participation importante dans GDF-Suez, le « 1er producteur indépendant d’électricité mondial », aux dires mêmes de cette dernière.

On ne se surprendra donc pas de l’intérêt que porte Power à l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, dont on sait maintenant qu’il ouvrira toutes grandes les portes de la concurrence dans les services publics, et qu’il aboutira éventuellement à la privatisation d’Hydro-Québec.

Cette privatisation, Hydro-Québec ne se gêne d’ailleurs même plus pour l’anticiper ouvertement, comme en fait foi l’apparition d’un volet « Relations avec les investisseurs » sur son site Internet. À ce jour que nous sachions, l’Hydro-Québec n’a toujours qu’un seul actionnaire, et c’est le Gouvernement du Québec. Nous sommes donc devant une tentative de conditionner tranquillement les esprits aux changements qui s’en viennent.

Mes recherches sur Power m’ont permis d’écrire à son sujet une bonne cinquantaine de chroniques sur le site Vigile.net au cours des deux dernières années. Desmarais est partout. On connaît son influence à la Caisse de dépôt, mais on trouve aussi sa trace sur l’Île d’Anticosti où il convoite notre pétrole, dans la Vallée du St-Laurent où il est présent dans les gaz de schiste, à Montréal où il a réussi à s’infiltrer au CHUM et dans le PPP constitué pour construire et exploiter le nouveau centre hospitalier. Enfin, le Plan Nord est taillé sur mesure pour ses intérêts. Les Québécois ont connu la Révolution tranquille L’Empire Desmarais leur mijote la Dépossession tranquille. 

Afin de faire partager aux lecteurs l’évolution de ma pensée au fur et à mesure de mes découvertes, j’ai choisi de reprendre mes chroniques en ordre chronologique, en les regroupant par sujet, et en les agrémentant des commentaires que m’inspirent des développements plus récents ou le recul que seul permet le passage du temps.

Ce recul m’a permis de faire des liens qui m’avaient échappé au fil des jours, et de replacer certains événements et certaines analyses dans un contexte plus large. Le portrait d’ensemble y gagne en pertinence et en précision. La preuve est accablante.

Je m’en voudrais de terminer cet avant-propos sans suggérer aux lecteurs qui peuvent être intéressés par l’historique de Power Corporation de lire l’excellent ouvrage de Robin Philpot, « Derrière l’État Desmarais : Power » .

Richard Le Hir

Ajout de commentaires, choix des photos, fusion de deux textes de Richard Le Hir, Mise en page, recherche au registre des entreprises, références et titrage par JosPublic publié le 13 août 2012. L'organigramme corporatif est mis à jour le 19 novembre 2015

Notes & Références encyclopédiques:

01

Gare à l’arnaque du siècle (Prise 2) par Richard Le Hir

Retour au texte

02
 

Main basse sur le Québec - Anticosti: les traces de Power Corp. sont partout. On appelle ça une apparence de conflit d'intérêt quand on veut être délicat

 

Retour au texte

03
 
 

Journal Le Devoir - économie - actualité (324491) texte archivé non disponible aux personnes non abonnées. La Caisse de dépôt dans l'ingénierie électrique française

 
 

Retour au texte

04

Qu'est-ce que la Société d’investissement PAI Partners ?

Retour au texte

05

Qu'est-ce que Sagard Private Equity Partners ?

Retour au texte

06

 Organigramme du Groupe Bruxelle Lambert

Retour au texte

07
 

GDF Suez consolide sa présence au Québec - Communiqué de presse 10 février 2009

PDF 2 pages

 

Retour au texte

08
 
 
 
 

GDF SUEZ inscrit la croissance responsable au cœur de ses métiers (électricité, gaz naturel, services) pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux : répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources

 
 
 
 

Retour au texte

09
 

Sondage CROP, 22 octobre 2010. Ça sent la manipulation à plein nez ! On atteint ici le stade de la grossière indécence

 

Retour au texte

10
 

Présentation chronologique du développement de l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste/shale au Québec - En résumé

 

Retour au texte

11

Anticosti le vol du siècle

Retour au texte

12
 

L'arnaque de la décennie. La construction du Centre hospitalier universitaire de Montréal en partenariat public-privé

 

Retour au texte

13
 

24 juillet 2009 - Les autorités en valeurs mobilières du Québec, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique poursuivent leur enquête sur le fiasco du PCAA, qui a entraîné des pertes de plusieurs centaines de millions de dollars depuis 2007. Les autorités s'apprêtent à imposer des amendes et des pénalités totalisant des dizaines de millions de dollars à l'encontre de certaines maisons de courtage, dont la Financière Banque Nationale, qui a été l'un des principaux vendeurs de PCAA non bancaires. Les autorités auraient l'intention de postuler que le principal fabricant canadien de PCAA non bancaire, la firme ontarienne Coventree (TSX:COF), a avisé les courtiers à l'avance de la crise qui allait frapper ce marché de 32 milliards $. Les courtiers prétendraient au contraire que la note de Coventree, envoyée en juillet 2007, visait plutôt à les rassurer à l'effet que la crise des hypothèques à risque, aux États-Unis, était peu susceptible d'avoir des effets négatifs sur le PCAA canadien. Quoi qu'il en soit, certains courtiers auraient réduit leur propre exposition au PCAA tout en continuant à en vendre à leurs clients. Les PCAA:  L'opération consiste d'abord à acheter les actifs de différents prêteurs (hypothèques, prêts-bails auto, créances sur cartes de crédit, etc.) pour les regrouper dans une fiducie. Pour financer l'achat de ce portefeuille d'actifs, on émet ensuite du papier commercial, soit des titres de dettes à court terme (30 à 90 jours). Lorsqu'une émission arrive à échéance, d'autres investisseurs réinvestissent. Extrait du journal Le Financial Post

 

Retour au texte

14
 

Qu'est-ce que la SITQ ? La SITQ opère maintenant sous la désignation Ivanhoé Cambridge depuis le regroupement par la Caisse de dépôt et placement du Québec de ses filiales immobilières annoncé en avril 2011. Le site Internet qui reflètera la nouvelle Société est actuellement en développement. Ivanhoé Cambridge est l'une des 10 plus grandes sociétés immobilières au monde. Elle détient des centres commerciaux, des bureaux et des édifices multirésidentiels.

 

Retour au texte