Retour à : Plan site - MétéoPolitique - Finance - Privatisation & Nationalisation

Analyse & Opinions
à propos de la privatisation et de la nationalisation

15       Retour à la liste

Philippe HURTEAU
Chercheur à l'IRIS

 

Privatisation de l'État du Québec de 1983 à 2017

Un des constats de l'époque fait par plusieurs syndicats de la fonction publique, était que la classe politique et économique voulait s'accaparer et se répartir les bienfaits de la révolution tranquille et assoir sa richesse sur ce pactole que l'ensemble des citoyens et citoyennes du Québec considéraient comme leur "filet de sécurité".  Les travailleurs et travailleuses de la fonction publique voyaient au quotidien les gestes posés par les politiciens.nes et étaient à même de s'inquiéter de ce qu'il adviendrait des acquis de la société québécoise. 

En 1979, une nouvelle droite arrivait mondialement avec Margareth Thatcher en Angleterre et Ronald Reagan aux États-Unis en 1981.  Quant au Parti Libéral du Québec sous la gouverne de Robert Bourassa de 1985 il annonça ses couleurs en formant des comités pour privatiser, déréglementer et sous-traiter la fonction publique.  Les centrales syndicales et certains groupes sociaux se mobilisèrent sur ce sujet et entreprirent de développer des argumentaires pour attirer l'attention du grand public sur les mauvais coups qu'on leur préparait.  Il serait trop long ici de raconter en long et en large ce qui s'est passé depuis 1983 mais on ne peut pas dire que les syndicats n'ont pas essayé d'éduquer la population. 

Au gouvernement québécois, deux partis politiques se sont partagé le pouvoir, mais à part le gouvernement Lévesque de 1976 à 1980 et de Parizeau (1994-1996) et seulement à certains égards, la disparition de l'État en tant que soutien au petit peuple faisait partie des plans des politiciens et politiciennes et même si dans certains cas même si les programmes et plateformes du parti politique exprimaient le contraire.  Il semble bien qu'au Parti Québécois, seule la perspective de gagner un référendum sur l'indépendance du Québec incitait occasionnellement à protéger le bien commun.  L'expression consacrée et méprisante qualifiait "d'État providence" l'outil collectif que nous nous étions donnés.   L'avènement Jean Charest, sous le signe de la collusion et corruption eurent tôt fait de ralentir les projets de démentellement pour un certain temps.

Depuis l'arrivée du Dr Philippe Couillard et sa bande de sans éthique, le plan est le même et pour savoir où nous en sommes voici l'état des lieux en 2017 par Philippe Hurteau de l'Institut de recherche et d'information socioéconomique (IRIS)                                                            - JosPublic

14  Retour à la liste

Gaétan BRETON
Dr Science comptable

Tous les textes de Gaétan Breton sur cette partie du site

  • La dette: un épouvantail à citoyen!

  • Québec: Les coûts en santé nous rendent-ils malades?

  • Privatisation du rôle de l'État du Québec: le Québec sur le Ro-Billard

  • PPP et gestion de l'eau: un désastre

  • Tarification de l'eau: analyse du cas montréalais par Gaétan Breton

  13                 Retour à la liste

Privatisation des hôpitaux: des aiguilles de seringue coûtant 80 cents vendues 143$ aux patients

Si vous pensez que les coûts des soins au Québec diminueraient si les hôpitaux étaient détenus et exploités par les grandes sociétés à but lucratif comme Hospital Corporation of America, vous voudrez peut-être jeter un coup d'oeil à une étude publiée par la revue Health Affairs.  Aux États-Unis, où ce genre d'hôpital est presque la norme, ils fixent leur marge de profit à 1 000% au dessus de la moyenne des hôpitaux sans but lucratif.  Mais pourquoi donc les coûts ont-ils explosé?  C'est une question de déréglementation et de libre marché, un exemple à ne pas suivre mais tout à fait dans la philosophie du gouvernement québécois de 2015.

12      Retour à la liste

 

Lac Mégantic, victime d'un privatiseur de chemin de fer

Un train sans conducteur filait à toute allure en plein centre-ville convoyant 72 wagons de pétrole brut qui ont explosé suite au déraillement. Au 7 juillet 2013, cinq personnes sont décédées, quarante personnes manquent à l’appel et mille personnes ont été évacuées et d’autres le seront. Qui est donc cette compagnie propriétaire du chemin de fer?

11Retour à la liste

Rita Dionne-Marselais
ex-ministre des Ressources naturelles du Québec

Privatisation des services publiques à l'horizon de la Coalition Avenir Québec. François Legault et ses milliards $

C’est fou ce qu’une campagne électorale peut faire dire à certains. Cette dernière semaine nous a présenté un François Legault prêt à toutes les promesses pour aller chercher des votes.

 

 10    Retour à la liste

La commercialisation des services publics, une entreprise de démolition de l'État pour enrichir les uns au détriment des autres

Les services publics sont sans aucun doute l’une des plus belles réalisations de l’espèce humaine. Conçus selon un principe essentiel de solidarité, ils nous permettent de vivre dans un monde plus équitable et préoccupé de justice sociale. Résister à leur démantèlement est possible

Pierre-J. HAMEL
Institut National de Recherche Scientifique Urbanisme-Culture et Société

Tous les textes de Pierre-J. Hamel sur cette partie du site

  • Les PPP et le principe de précaution

  • Tarification : La formule gagnante pour le privé : scolariser les premiers de classe et soigner les moins malades

  • PPP - une dernière occasion d'en parler avant longtemps

  • Construction, collusion et… PPP

  • Euphorie PPP: trop beau pour être vrai

 

Bernard FOURNELLE
Gérontologue et professeur à l’Université du Troisième âge de l’Université de Sherbrooke

Privatiser pour rentabiliser: un piège à cons

Un État ne peut tout faire, c'est une évidence. Mais il y a des secteurs névralgiques qui ne peuvent et ne doivent pas être cédés aux entreprises privées. Faire croire à la population qu'une plus grande efficacité passe par les privatisations est un énorme piège à cons.

 

 07    Retour à la liste

 

Bêtisier des privatisations. Privatiser pour mieux régner

Privatiser pour rentabiliser, c'est la marotte de nombreuses organisations comme le Fonds Monétaire International FMI ou la Banque mondiale. Pourtant, cette idéologie libérale quand elle s'applique aux pays pauvres est loin de satisfaire les premiers concernés : les employés et bénéficiaires des entreprises privatisées. Petit tour du monde des privatisations ratées

 06    Retour à la liste

Benoît Blanc
Pour Mondialisation

 

Privatisations: mauvais pour la santé des travailleurs et travailleuses

3 juin 2010 - Les mesures d’austérité d’une extrême brutalité se répandent comme une traînée de poudre en Europe : elles sont une dimension clé de la nouvelle guerre sociale en cours. La fonction publique est une cible privilégiée : coupes brutales dans les salaires, blocage des effectifs, mais aussi privatisations sont au menu. Une des dimensions, peu évoquée, des conséquences de ces mesures est leur impact négatif sur la santé des salariés concernés. Elle est pourtant documentée

 05    Retour à la liste

Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

 

Le privé gère les soins. Le ministère de la santé ferme les yeux et le compteur $ tourne

Une inquiétante tendance se dessine au Québec : les employeurs du réseau public de santé ont de plus en plus recours à du personnel provenant d’entreprises privées de placement en soins. Que fait le gouvernement Charest depuis son arrivée au pouvoir pour freiner cette tendance? Rien. En fait, il ne cesse d’assouplir la règlementation afin de faciliter la sous-traitance. Résultat : il légitime sournoisement l’entrée des entreprises privées de placement en soins dans le réseau public de santé. Ainsi, aujourd’hui, le réseau public de santé achète du personnel comme il achète du matériel médical ou de l’équipement informatique!

Lucie MERCIER
Jean-Marc PIOTTE,
et Claude VAILLANCOURT

 

Nos services publics - Un trésor collectif en péril

01 mars 2010 - La privatisation toujours plus grande des services de santé, de l’éducation, de l’eau, de nombreux secteurs de la fonction publique fait saliver les gens d’affaires. La course aux appels d’offres, réalisés ou non dans le cadre des marchés publics, nous a montré que toutes les manigances et tricheries sont possibles pour décrocher le gros lot

 03   Retour à la liste

Marc LAIMÉ
Journaliste, écrivain et consultant

Gestion de l’eau : néo-libéralisme ou capitalisme rentier ?

17 novembre 2009 - Il s’agit bien de replacer la gestion de l’eau dans la dynamique du capitalisme contemporain et de ses firmes..., ce dont personne ne parle

 

Wendy HOLM
Économiste, chroniqueuse et agronome lauréate de Vancouver

Le Partenariat pour la sécurité et la prospérité, le pouvoir exécutif et la privatisation des pouvoirs

01 novembre 2008 Continentalisation de l'eau

 

 01     Retour à la liste

Henri ELBAZ
Ancien directeur général

 

Le privé dénature la médecine, selon le directeur de l'Hôpital général juif de Montréal

23 novembre 2007 - La médecine est un art dans lequel le privé ne devrait tout simplement pas voir droit de cité. Voilà l'essentiel du message qu'a livré hier Henri Elbaz, devant des membres attentifs de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Musclée et sans détour, sa mise en garde englobe jusqu'à certaines initiatives déjà en cours au Québec, comme le recours accru aux agences privées pour combler les quarts de travail des infirmières et l'élaboration de nouveaux partenariats entre des hôpitaux publics et des cliniques privées spécialisées