Bêtisier des privatisations
Privatiser pour mieux régner

La «mondialisation heureuse» n'est pas pour tout de suite. Entre les services publics qu'on privatise, les entreprises qu'on délocalise et la finance qui s'internationalise quand elle est en crise, la mondialisation angoisse plus qu'elle rassure

  Angleterre

  Afrique du sud

  Algérie

  Allemagne

  Bolivie

  Canada

  France

  Italie
     (Lombardie)

  Mali

  Nouvelle-Zélande

  Philippines

  Québec

Privatiser pour mieux régner
sur les pays
en voie de développement

Privatiser pour rentabiliser, c'est la marotte de nombreuses organisations comme le Fonds Monétaire International FMI ou la Banque mondiale.

Pourtant, cette idéologie libérale quand elle s'applique aux pays pauvres est loin de satisfaire les premiers concernés : les employés et bénéficiaires des entreprises privatisées. Petit tour du monde des privatisations ratées.

Depuis des années, les privatisations sont présentées aux états comme la solution à tous les problèmes d’efficacité des fonds publics.

Au centre de ce mouvement un groupe de trois entités internationales : Le Fond Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale et la Réserve Fédérale Américaine. Les premiers pays fortement touchés par cette vague ont été les pays pauvres. La réserve fédérale américaine prête aux pays pauvre puis par le relèvement de ses taux rend la situation économique délicate. La Banque Mondiale, propose des prêts au pays pauvres mais en échange de conditions sur l’usage de ces fonds (droits de l’homme, bonne gestion…).

L’argent est prêté en vue de la construction d’infrastructures et d’opération de microcrédits. Ainsi dans les années 80 des prêts aux pays pauvres sont accordés en échanges d’ajustement structurel comprenant des réductions de budgets publics.

Sources

Attac France
septembre 2010

Comité international de la quatrième Internationale Chroniqueur Guy Charron
4 juin 2009

Maghreb quotidien de l'économie
Journaliste L. Yazid F.
9 septembre 2010

Eugene le blogueur et
Pour Marianne2
France
 17, 18, 21,  août 2010
 

Résumé et commentaires par JoPublic Pour MétéoPolitique En ligne le 17 septembre 2010  

 
 
 

  Conclusion à cette analyse: Que penser alors des privatisations?

 
 
 

Un moyen de réduire les budgets consiste en des privatisations d’autant plus que dans le même temps le FMI conseille aux états de privatiser les entreprises publiques par souci de performance et d’innovation. La santé, l’éducation, l’électricité, l’eau sont des domaines éligibles selon la banque mondiale bien que réputés difficiles à privatiser.