Retour à : Plan site - MétéoPolitique - Finance - Privatisation & Nationalisation

Privatisation

Éditoriaux par
JosPublic

Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur,
c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit.
- Henri Lacordaire

 
03

 

Privatisation de l'informatique: une fuite vers le désastre. La Coalition Avenir Québec (CAQ) doit reculer

La longue expérience humaine devient un brouillard paralysant pour ces gens pressés de réaliser leur vision de l'ordonnancement du monde.  Comme ils cherchent à le modeler selon leurs propres concepts, ils ne semblent pas comprendre que certains faits qui ne leur plaisaient pas, il y a vingt ou quinze ans, n'existent plus aujourd'hui ou alors que d'autres ont réglé le problème.  Ces bien-pensants arrivent en politique avec leurs solutions toutes faites, complètement déphasées et souvent hors contexte du temps. Voilà comment la décision de privatiser encore plus risque de priver encore plus le gouvernement de marge de manœuvre et de confidentialité.  Dans ce texte: plus détail sur la vision éditorial de JosPublic et un excellent texte de Michel Girard, chroniqueur économique.

02

Yvan DUPONT - Axor

 

Saint-Joachim: une dénationalisation partielle d'Hydro-Québec au profit d'Yvan Dupont 

Grâce au ministre de "l'environronnement", Québec autorise le lancement des travaux pour aménager une minicentrale hydro-électrique à Saint-Joachim, sur la Côte-de-Beaupré, région de la Capitale-Nationale. Le geste posé par les élus.es démontre qu'ils ne comprennent rien à la richesse collective et le gouvernement provincial prouve qu'il est toujours au service des bons amis du Parti Libéral du Québec et que malgré la Commission Doyon et ses allégations de collusion, la force centrifuge de répondre à la clientèle d'un parti politique est plus forte que l'intérêt de l'ensemble des Québécois.            -  JosPublic    

01

Vendre son État, n'est-ce pas se vendre soi- même?

La collusion et la corruption dans la gestion des services publics sont un effet pervers de la commercialisation du rôle de l'État. Les nouveaux riches ainsi que les politiciens et politiciennes de carrière n'écoutent plus les sages conseils des aînés.es et nous en sommes tous perdants.