Les carriéristes politiques et cumulards de l'État québécois ne pourraient pas faire de la politique en Suède
Honnêteté en politique un système ou une simple façon d'être

À partir de 2012, la Commission Charbonneau a attiré l'attention des québécois et québécoises honnêtes qui se sentaient de plus en plus mal à l'aise avec l'atmosphère ambiant.   Des citoyens et citoyennes qui font tout en leur possible pour ne pas payer leur juste part des coûts des biens communs et des politiciens plus intéressés à cumuler des pensions, des primes de départ et des conditions ajoutées à leur salaire de base qu'à servir honnêtement la communauté démocratique.  Il est difficile de se voir comme peuple et c'est désespérant de devoir chercher des modèles à l'extérieur du pays.  Mais ils existent.  Prenons le cas de la Suède, en retenant quand même que jamais rien ne sera parfait, mais bon...voici.
                                                                                                
 - JosPublic.

L'intérieur du Riksdag, parlement monocaméral de la Suède

 
 

Simplicité et honnêteté sont les piliers de la vie politique suédoise, où seul le premier ministre dispose d'un logement officiel (payant) et d'une voiture de fonction.  Tout écart, même minime, est sévèrement sanctionné.

À Stockholm, les ministres déjeunent à la cantine, tout comme les hauts fonctionnaires et leurs secrétaires. Pas d'alcool, pas de fromage ni de dessert, seulement des carafes d'eau… et du lait froid.   «Et si un ministre oubliait de débarrasser son plateau, commente un fonctionnaire, vous n'imaginez pas les gros titres le lendemain dans la presse!»

En Suède, «les ministres mènent une vie normale, renchérit Lena Hjelm-Wallén, ancien chef (sociale-démocrate) de la diplomatie suédoise.  Bien sûr, au ministère des Affaires étrangères, il y a un cuisinier et des salons pour recevoir nos hôtes. Mais, au quotidien, pourquoi ne pas déjeuner à la cantine?»

Les ministres, martèle un fonctionnaire, «sont là pour servir, et non se faire servir».  L'idée, poursuit-il, c'est que «chaque membre du gouvernement a un salaire, que tout le monde connaît, et rien de plus».

Pas de voiture avec chauffeur

Le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, fin mars, lors d'une rencontre avec son homologue portugais Pedro Passos Coelho

Modestie, rigueur et honnêteté: voilà les premières qualités exigées des ministres suédois.  Aucun logement de fonction ne leur est proposé.  Seul le chef du gouvernement a droit à un appartement - 175 m2, pour lesquels il paie un modeste loyer - dans une belle maison blanche sur les quais. 

Pas de voitures avec chauffeur non plus, sauf pour le chef du gouvernement et celui de la diplomatie: en déplacement, les ministres se débrouillent, prennent le train, la police pouvant assurer leur transport en cas de besoin.

«Un jet privé?  Une suite dans un palace?  Chez nous, c'est inconcevable: c'est si loin de notre culture!, indique Hans Sundström, avocat et conseiller juridique de plusieurs agences gouvernementales.  Ici, il n'est pas rare de croiser un ministre à la gare, ou dans un grand magasin.  C'est d'ailleurs alors qu'elle faisait ses courses, sans garde du corps dans un grand magasin, que notre chef de la diplomatie Anna Lindh fut assassinée en 2003.»

«Un scandale sexuel, cela pourrait passer. Mais pas un scandale impliquant de l'argent public, même s'il ne s'agissait que de quelques couronnes…»

Quant aux bureaux, ils sont fonctionnels, avec des meubles de type Ikea.  Frais de réception, de déplacement, communications téléphoniques: tout est minutieusement réglementé et vérifié.  Les données personnelles, comme les factures les plus modestes sont accessibles à tous.

«Si vous voulez savoir combien tel ministre a payé sa maison ou à combien se monte sa taxe d'habitation, vous n'avez qu'à cliquer! , indique Hans Sundström.   La transparence est l'une de nos valeurs premières.» Leurs coups de fil privés, les ministres les donnent avec leur portable personnel.  Ils voyagent en classe économique, sauf sur les vols long-courriers.

«Scandale Toblerone»

À Noël dernier, l'une des agences gouvernementales a organisé une soirée, semble-t-il un peu trop arrosée. «Nous avons droit, en principe, à une fête par an pour le personnel, précise le conseiller juridique. Avec maximum deux verres de vin par personne! Là, cette limite a été dépassée, et cela a créé un énorme scandale: les responsables ont été licenciés, le gouvernement a été accusé de ne pas bien contrôler ses agences, et même le premier ministre, Fredrik Reinfeldt, a dû s'expliquer là-dessus!»

Fin 1995, pour quelques barres chocolatées réglées avec sa carte de crédit de fonction, Mona Sahlin, numéro deux du gouvernement d'Ingvar Carlsson, avait dû démissionner.  Même si la jeune femme s'était empressée de rembourser, ce «scandale Toblerone»l'aura marquée à vie…    «Elle n'a rien volé, n'a commis aucun crime, mais elle a mis dix ans avant d'oser revenir en politique, conclut l'avocat. Et encore, elle a été battue.»

 

Source: Le Figaro de France pour la famille Marcel Dassault

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 10 avril 2013

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Des politiciens et politiciennes cupides et immoraux

  Les couillons
sont au pouvoir partout

  Tableau d'honneur