Coup de gueule et analyse de fin d'année 2016
Les couillons sont au pouvoir partout

Ce ne sont pas les immigrants ni les anglais le problème, mais bien les Vaillancourt, Couillard, Daoust, Coderre, Harbour, Poirier, Tremblay, Lessard, Normandeau, ( 01 ) des noms faisant partie du terroir "manches de pelle" du Québec comme disait le poète Réjean Ducharme.   Des Québécois et Québécoises qui donnent un visage à la honte que nous devrions ressentir d'avoir contribué à ce qu'ils s'accaparent des rênes de l'État.  Déficit d'éthique, absence de moralité, menteurs, louvoyeurs, et fraudeurs allégués occupent le salon de la race.   Ne lançons pas la pierre aux états-uniens, nous avons nos "Trump" depuis déjà quelques années. 

Après une quinzaine d'années de Harper et de ses réformistes anti-science et anti-sociaux, ( 21 ) nous n'avons rien trouvé de mieux que de mettre au pouvoir une panoplie de gens carriéristes et en conflits d'intérêts permanents. 

Tous des gouvernants que la population ne voulait pas puisque le décompte des votes démontrait que plus de monde avait voté contre ( 02 ), que pour les couillons élus.es de la politique

Il faut bien l'avouer nous avons manqué de grandeur de vue et d'humilité, incapables d'imaginer la négociation entre partis politiques sur des enjeux importants pour les citoyens et citoyennes, nous avons choisi la division ( 03 ) quitte à ce que des candidats et candidates honnêtes perdent leurs élections en conséquence de notre entêtement à avoir raison politiquement chacun dans notre coin, comme ce fut le cas pour les élections de Harper, de Coderre et ce l'est toujours pour le régime "Charest-Couillard"

En décembre 2016, à la tête de la province sans mémoire, le premier ministre du Québec vit dans sa bulle, déconnecté du peuple comme lorsqu'il vivait dans les villes fortifiées pour occidentaux en Arabie Saoudite  ( 04 ).  Il s'entoure d'une cour qui croule sous les conflits d'intérêts et qui, au mieux, se compose d’incompétents notoires. ( 05 )  Des agences de communications tentent au nom de ces "Bougons" de nous faire avaler qu'ils sont les sauveurs du Québec. ( 06 )  Vous en doutez?  Suivez-moi quelques instants dans les méandres d'une province en décomposition morale.

 

Texte par André Bouthillier

Il existe des cumulards de pensions nous explique Yves Michaud ( 07 ), mais il existe aussi des cumulards de primes pour exercer des fonctions pour lesquelles ils sont déjà payés en tant que députés et députées (tels que présidents ou présidentes des commissions de l'Assemblée nationale) ( 08 ).  

Certains deviennent des sangsues politiques pour s’assurer d’être élus.es deux mandats (8 ans) afin d'obtenir le fonds de retraite le plus ridiculement coûteux de tout le Québec défrayé par la population ( 09 ). Ils en sont même rendus à refuser de rendre public leur compte de dépenses ( 10 ) …comme si l'État était une entreprise privée...alors que nous casquons l’austérité grâce à ces idéologues qui ne reconnaissent même pas le professionnalisme de la fonction publique. 

Ils arrivent au parlement avec leur entourage de courtisans incompétents comme Laurent Lessard qui a fait du lobbying pour un de ses employés, pour qu'ensuite un commissaire à l'éthique nous dise que le courtisan n'avait pas fait de lobbying.  Ben non c'est l'ministre qui l'a fait ..épais!  Ce genre de politiciens pullulent et se multiplient d'élection en élection, agréés par des votes d'électeurs et électrices ignorants de la vie politique.  Incapables d'articuler leurs pensées ils se fient à l’idéologie libertarienne de leurs collègues conservateurs camouflés dans un parti dit « libéral » de type "Amérique".

Corruption partout

Tout le Québec sait qu’il y a de la corruption partout.  D’année en année la croissance est exponentielle : « ils nous fourrent alors c’est à mon tour de me parler moi-même d’amour».  ( 11 )  Pour un Gilles Vaillancourt condamné à 6 ans de prison et qui n'en subira qu'une, il y a de nombreux complices volontaires ou pas.  Le professeur
de l'ENAP Yves Boisvert, explique que le système mis en place à Laval par l'ex-maire a eu besoin de la complicité passive de nombreux fonctionnaires, «des gens qui ne veulent pas de trouble donc qui n'en créent pas» ( 25 ).

 

Présentement les lieux de pouvoir politique et leur détenteur considèrent tous que l’État doit se comporter comme une entreprise privée.  Évidemment, ce choix mène à la "collusion/corruption", car l’entreprise privée ne se pratique pas autrement, sauf sous une appellation différente: "partenariat/commission sur ventes"( 12 ) 

On y retrouve toutes les pratiques déloyales pour entuber son client.  Fausse publicité pour attirer le consommateur ( 13 ), dîner plantureux pour attirer les partenaires d'affaires, voyage dans le sud dans les condos de la compagnie, voyage de chasse et pêche pour les élus.es, billets gratuits pour le sport et les spectacles (comme disait Nathalie Normandeau...ben quand même c'est Céline!), maraudage des cadres performants envers ses compétiteurs et plan d'affaires pour faire disparaître la compétition, car c’est le monopole de leur créneau d’industrie qu’ils recherchent.  

D’autres stratégies sont courantes : appliquer la loi du salaire minimum à ses quatre employés.es assujettis et ne pas corriger le salaire des 200 autres occupant des postes de plus grandes responsabilités, congédier des employés.es parce qu'ils arrivent au nombre d'heures qui leur donneraient une permanence ou une augmentation de salaire, payer des commissions sur les bottins de contacts, achat de données confidentielles, «charger» un véhicule VUS ou une auto de luxe sur les impôts de l’entreprise, ( 14 )  faire passer l'auto du conjoint sur les dépenses de compagnies, renouveler des plaques d'immatriculation sur des autos désuètes et les garder sur le terrain de l'entreprise pour faire baisser les revenus imposables. 

Que dire du propriétaire de l'entreprise d'un seul employé, lui-même en l'occurrence, qui remplace ses équipements annuellement pour recevoir un retour de TPS/TVQ, et le comptable qui dit au travailleur autonome: « Mets tout ça dans des sacs et je ferai ta comptabilité en une seule fois en fin d’année pour que tu paies le moins d’impôts possible, mais ne m’arrive pas avec plus de 30 000$ de revenus. Cette année tu devrais demander à quelques clients de payer comptant (au noir) car tu approches de ton seuil pour payer de l’impôt.» et le plus pitoyable: cet exemple d'un comptable qui demande dans une petite papeterie de village de mettre les articles scolaires de ses enfants sur son compte d’entreprise. ( 15 )

Ah oui et j’oubliais qu’il est impossible de faire installer un prélart ou un tapis dans ma région sans payer sous la table.  Pratique tellement répandue qu’un détaillant a refusé de me vendre la chose parce que je demandais des poseurs accrédités.  

Chez les quincaillers régionaux tu vois arriver les contracteurs le lundi matin pour payer leur compte d'achat de matériaux comptant avec de l’argent gagné au noir en fin de semaine. ( 16 ) Il ne faut pas oublier dans l'énumération des écoeurantries que l'on peut acheter une licence en construction en payant 3 000$ directement à certaines firmes privées qui donnent les cours.  C'est illégal bien sûr.  Tant qu'à passer les examens de la régie des bâtiments du Québec, aussi bien les réussir, alors tu n'as qu'à te présenter au restaurant près des locaux où se tiennent les examens et des employés.es ou étudiants donnent ou dans certains cas vendent les réponses des examens aux personnes qui seront accréditées comme compétentes et que vous embaucherez bientôt....peut-être au noir, pour faire les travaux sur votre maison.

En parlant de compétence, les étudiants universitaires qui trichent aux examens nous rassurent-ils quant à la qualité des services privés ou publics que nous recevront d'eux une fois en poste ? Le nombre de tricheurs et tricheuses augmente dangereusement depuis les 5 dernières années. ( 22 )   Depuis 10 ans, plus de 3 300 étudiants se sont fait bannir temporairement du programme de prêts et bourses en raison de déclarations mensongères qui leur ont permis d’obtenir davantage d’argent que ce à quoi ils avaient droit.   ( 26 ) Certains parents auraient oublié d'éduquer leurs spermatozoïdes?  Sont-ce les enfants des collusionneurs qui ont défilé devant la Commission Charbonneau, des corrompus, de ceux qui font travailler au noir ?   Des enfants de familles de "Bougons" ?  

Enquêtant sur ce sujet depuis des années, je pourrais continuer ainsi jusqu’à la nausée.  Mais le pire de tout c’est que ces bonnes gens envoient pour les représenter à l’Assemblée nationale du Québec des « Bougons » comme eux.   C'était à prévoir me direz-vous...!

Le Parti Libéral du Québec depuis Jean Charest a tout fait pour éviter à ses membres corrompus d'affronter les tribunaux.  Il aura fallu 18 mois de tergiversations ( 17 )  avant de décider de tenir la Commission Charbonneau; les déchiqueteuses de papiers compromettants se sont mises en marche.  Depuis la publication du rapport nous en sommes au 15e mois sans proposition concrète. Rien n'a bougé au ministère du Transport.  Pire, on a vu le congédiement d'une enquêtrice et la démotion du ministre Robert Poëti ( 18 ) qui voulait nettoyer l'auge.  Pendant ce temps  Dominique Savoie la fonctionnaire qui faisait la job de bras au ministre honnête est récompensée et travaille désormais au bureau du bon Dr Couillard. 

Les dossiers de l'UPAC sont prêts mais la machine ne bouge pas quitte à laisser avorter les procès comme celui du groupe criminalisé "Hells Angels", à cause des délais ( 19 ).  En date du 16 décembre 2016 il y a 368 demandes d’abrogation de procès pour fraudes de toutes sortes, parce que le gouvernement a définancé le ministère de la Justice depuis 2003.  Le définancement et l'abolition de postes d'avocats des services de poursuites criminelles et pénales ont ralenti la machine et donnent encore plus de temps aux pourris pour préparer leur défense criminelle. 

Nous en sommes à la deuxième grève des procureurs du gouvernement, qui croulent sous la tâche et manquent cruellement de personnel. ( 23 ) La tactique du Parti Libéral du Québec au pouvoir à l'effet d'écoeurer les procureurs ne peut qu'être stratégique pour inciter les gens de grande expérience à quitter vers la pratique privée.  Le gouvernement vient d'annoncer un réinvestissement dans la Justice...mais il est trop tard, le mal est fait et les bandits se répandent dans la nature.

 

Mais le règlement le plus cocasse vient d'être présenté aux députés.es

Le seuil pour accorder un contrat de gré à gré par les municipalités serait porté de 25 000 $ à 100 000 $ et si un entrepreneur obtient plusieurs petits contrats, c'est-à-dire pour moins de 25 000$ par année, la ville n'est pas obligée d'en faire mention publiquement.

Explication : Un contrat de gré à gré signifie qu’en tant qu’administrateur municipal vous n’êtes pas obligé d’aller en soumission publique pour faire exécuter le travail.  Tu téléphones à ton beau-frère et y t’fait la job pas cher pas cher.  C'est-à-dire à un prix qu’il n’aurait jamais au privé, mais qui, caché dans la comptabilité de la ville ne dévoilera jamais qu’il a facturé 30% de plus.  Ce n'était déjà pas une sinécure pour suivre les collusionneurs, alors là... (voir ici un cas où une cadre tente de faire du gré à gré.)

Suite à la décision du Parti Libéral du Québec, le maire Gaétan Gamache de Rivière-du-Loup, qui depuis a rétropédalé en langue de bois, avait bien dit,  «C’est demandé depuis très longtemps pour être capable de travailler plus facilement, d’avoir un montant plus élevé parce qu’à 25 000 $, ça nous amenait souvent à couper chaque projet en quatre petits dossiers», au journaliste de CIMT à Rivière-du-Loup le 7 décembre 2016 en soirée. ( 20 ) Évidemment cela lui a échappé, mais il venait d'avouer candidement qu'il bafouait la loi des cités et villes du Québec.

Vous vous souviendrez que toute la manœuvre des « Bougons » politiciens des villes a été expliquée à la commission Charbonneau. On a pu les confronter seulement sur les cas où il y avait eu des soumissions. Alors le bon Parti Libéral, par le projet de loi 122, fait disparaître l’obligation d’aller en soumission pour toute la gamme des travaux et produits se situant en dessous de 100 000$.

C’est simple, il fallait y penser. Tu abolis la règle et il n’y a plus de contrevenant ou si vous préférez, tu rends légal ce qui était illégal.  Tu peux ensuite dire que tu as nettoyé la soue à cochons. ( 27 )

 

Projet de loi no 122

Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs. Déposé et adopté à l'unanimité pour discussion à l'Assemblée nationale, mardi 6 décembre 2016 - Vol. 44 N° 218

 

Tout cela sent la manoeuvre d'évitement et le camouflage de scandales qui n'ont pas fini de surprendre les éternels naïfs qui leur font toujours confiance.  Il faut tout de même se poser la question de base: qui paie au quotidien pour tout ce qui est énuméré ci-dessus? 

Attention et n'allez pas répondre la classe moyenne, cela ne veut rien dire à moins de s'empêtrer dans les statistiques de revenus des ménages.  Mais ce que l'on sait c'est que les travailleurs et travailleuses au/ou tout près du salaire minimum qui n'ont aucun échappatoire fiscal, savent dès la vingtaine qu'ils ne possèderont jamais ni maison, ni auto, qu'ils n'iront que rarement en vacances et ce en moyenne pas plus loin qu'à 50 kilomètres de leur lieu de naissance. 

Ils sont innombrables et ce sont eux qui paient pour la réfection des routes des régions peu populeuses, ce sont eux qui paient les salaires de tous ces "bougons" d'élection.  Une simple règle de calcul: plus tu réduits l'impôt des entreprises et de ceux qui peuvent déduire des frais d'opération ou des richissimes, plus tu augmentes le fardeau des gagne-petit, soumis à la déduction à la source des impôts.

Pour qu'il existe 1% de gens très riches les pauvres doivent être légion. Comment peut-on endurer un parti politique qui combat la répartition de la richesse collective et qui s'embourbe dans la gabegie, le favoritisme, la collusion, la fraude et la corruption?

L'heure est grave.  Comment qualifier l'espoir de voir une nouvelle génération de gens dont l'aspiration première serait de vivre dans un environnement honnête? Est-ce que ce sont des rêveurs ?  Si non, qu'ils et elles se lèvent et fassent le ménage comme l’avaient fait Jean Drapeau et Pacific Plante dans les années 40. ( 24 ) Sinon le Québec et la population toujours honnête subiront « l'État faillit » tels que l'Ukraine, la Somalie, Haïti et bientôt les États-Unis-d'Amérique, comme le souhaite l'extrême droite mondiale.

Ne manquez pas le film Votez Bougon, c’est en salle le 16 décembre 2016. Un film prémonitoire ? Non un constat de l'État des lieux en 2016….

 

Source: André Bouthillier, (alias JosPublic) et webmestre de MétéoPolitique.com

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 11 janvier 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Le Parti Libéral du Québec protège son monde des affaires et donateurs illégaux en coupant dans le budget de la Justice

  Éthique et gestion
de l'État

  Tableau du déshonneur
Abuseurs et chantres cyniques
du système financier et économique

Notes & Références encyclopédiques:

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

Gilles Vaillancourt, Dr Philippe Couillard, Jacques Daoust, Denis Coderre, Stéphane Harbour, Gérald Tremblay, Laurent Lessard, Nathalie Normandeau des politiciens et politiciennes de qui d'autres politiciens ont dit "il a toute ma confiance"

 

Retour au texte

02

 

58 % des québécois et québécoises ont voté contre le Parti Libéral du Québec sous la gouverne du Dr Philippe Couillard - Sur La Presse, le 2 juin 2014

 

Retour au texte

03

 

 

Ouach... comme des amateurs ! par Pierre Cloutier - Duceppe lance une attaque virulente contre Amir Khadir - Sur Vigile net

 

Retour au texte

04

 

Philippe Couillard en Arabie Saoudite - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

05

 

Les accointances du Dr Philippe Couillard avec des crapules - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

06

 

Philippe Couillard, sauveur du Québec par Jean-Simon Gagné - Sur Le Soleil, le 9 décembre 2016 - Le 6 décembre 2016, le Dr Philippe Couillard a déclaré que son gouvernement avait «sauvé» le Québec

 

Retour au texte

07

 

Yves MICHAUD
Journaliste, politicien

 

Une nouvelle espèce de parasites : Les cumulards de l'État

Devant les membres de l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQPR), Yves Michaud, notre robin des banques, a livré une allocution au contenu assez bouleversant dénonçant, cette fois, la gloutonnerie des parlementaires. Les hommes et les femmes d'hier étaient honorés de servir l'ÉTAT. Aujourd'hui, ils s'attendent à ce que l'ÉTAT soit à leur service. Une nouvelle espèce de parasites.

 

Retour au texte

08

 

S'ajoutent au salaire des indemnités annuelles de base :

  • Indemnité pour l’exercice d’une fonction parlementaire ;

  • Allocation annuelle de dépenses ;

  • Remboursement des frais de déplacement ;

  • Remboursement des frais de logement à Québec ;

  • Budget pour le fonctionnement du local de circonscription ;

  • Masse salariale pour la rémunération du personnel du député ;

  • Frais de déplacement du personnel du député ;

  • Rémunération du personnel d’un cabinet de l’Assemblée ;

  • Budget pour le fonctionnement du cabinet ;

  • Sommes allouées aux partis à des fins de recherche.

  • Régime de retraite

 

Retour au texte

09

 

Pas de hausse de salaire pour les députés. Le projet de loi sera retiré. Ce qui signifie que les députés ne paieront pas 50% des primes de leur fonds de retraite. Ce qu'ils ont exigé des employés.es des villes. - Sur Le Journal de Québec, le 22 novembre 2016

 

Retour au texte

10

 

Les députés discrets au sujet de leur hébergement. Seuls les élus.es de Québec solidaire ont accepté de dévoiler leurs frais annuels - Sur Le Devoir, le 3 octobre 2016.

 

Retour au texte

11

 

Payer au noir ne serait plus une question d'honnêteté.

Sondage: 55% des Canadiens sont d'accord à laisser les autres payer les services collectifs et ils et elles n'ont aucun problème à payer au noir.

 

Retour au texte

12

 

Jean DE MAILLARD
Juriste-économiste

La fraude comme instrument de régulation

Entrevue avec l'auteur de "L'Arnaque: La finance au-dessus des lois et des règles". Un livre choc par Jean de Maillard, vice-président du tribunal de grande instance d'Orléans, et enseignant à Sciences Politiques en France.

Il a déjà écrit plusieurs livres sur la criminalité économique. À l'ère du capitalisme financier, la notion de fraude ne doit plus être comprise comme autrefois. Elle n'est pas seulement le geste isolé de quelques individus cupides comme Vincent Lacroix ou Bernard Madoff - Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

13

 

Ces condamnations ont été rendues publiques récemment. Or, il s'écoule généralement plusieurs mois – voire même des années – entre le moment où l’infraction est constatée et celui où le verdict est rendu, notamment en raison des délais judiciaires. - Sur la Revue Protégez-vous.

 

Retour au texte

14

 

Rabii RAMMAL
Chroniqueur humoriste

 

Les "maudits" B.S. et leurs comptables, à moins que ce soit les "maudits" comptables et leur Porche

Pour bien saisir, ce que sous-tend cette chronique, il faut savoir comment les lois fiscales sont fignolées par des politiciens et politiciennes qui ne veulent pas boucher toutes les échappatoires possibles pour éluder l'impôt, parce qu'ils et elles font partie de cette classe sociale qui en profite. 

 

Retour au texte

15

 

Karen WENSLEY

Karen Wensley et les experts comptables du déshonneur

L’auteure de cette chronique traite de l’éthique des affaires et se demande pourquoi autant de personnes croient qu’en affaires, l’éthique n’existe pas.JosPublic lui donne la réplique et conclut que ce sont les comptables eux-mêmes qui devront se révolter contre leurs clients fraudeurs.

 D'aucuns trouveront la mission impossible, donc si c'est le cas, rien ne changera ! Inacceptable? Faudra-t-il que les gouvernements s'impliquent? La loi des professions existe déjà mais comme c'est de l'autorégulation, ça ne va pas loin!

 

Retour au texte

16

 

Revenu Canada veut la liste de tous les comptes clients de Rona - Sur Journal de Montréal, le 14 septembre 2016

 

Retour au texte

17

 

Histoire de la Commission Charbonneau. Un legs involontaire de John James "Jean" Charest

 

Retour au texte

18

 

«Il est nécessaire de mettre en place une réorganisation» - Robert Poëti
ex-ministre des transport

Lettre à Monsieur Jacques Daoust, ministre des Transports,

Il y aura bientôt trois mois que le dernier remaniement a pris effet. Depuis lors, aucune requête provenant du cabinet, ou du nouveau ministre, pour faire une transition ou, minimalement, s'informer des dossiers qui étaient en cours ou sur le point d'être traités n'a été signifiée.  Ici pour le texte intégral de la lettre. Sur MétéoPolitique

 

Retour au texte

19

 

Me Claudia P. PRÉMONT

La bâtonnière du Québec déplore la libération de Salvatore Cazzetta - Sur Journal de Montréal, le 21 septembre 2016

 

Retour au texte

20

 

Rivière-du-Loup mise dans l’embarras. Le maire Gaétan Gamache a affirmé fractionner les contrats de la Ville - Sur le Journal de Québec, le 8 décembre 2016

 

Retour au texte

21

 

 

Le gouvernement fédéral s’est privé volontairement de 43,5 milliards$. Finances publiques canadiennes: le pays est "cassé comme un clou"!

Le nouveau gouvernement canadien hérite d'un État délabré.  Ne vous demandez plus pourquoi nous ne remboursons pas sérieusement la dette de l'État.  Les gouvernements canadiens successifs se sont privés volontairement de revenus pour créer la crise de la dette, question de s'en servir comme outil de peur pour atteindre d'autres objectifs, beaucoup moins nobles. 

 

Retour au texte

22

 

Les cas de tricherie explosent. Le nombre d’infractions aux études a quadruplé depuis cinq ans - Sur Journal de Montréal/Québec, le 26 novembre 2016

 

Retour au texte

23

 

À qui profite des procureurs de la Couronne et un système de poursuite judiciaire affaiblie ?

 

Retour au texte

24

 

Un système municipal, provincial ou fédéral qui profite à une poignée de personnes au nom d'un système démocratique fort caoutchouteux, voilà qui n'est pas une première dans l'histoire de Montréal, du Québec et du Canada.  Des gouvernements de grés ou forcés par l'opinion publique, ont mis sur pieds des commissions d'enquête. Compte tenu des recommandations de ces commissions qui n'ont pas eu de suite, serait-il le temps d'instituer une commission permanente pour appuyer les travaux de l'Unité permanente anti-corruption UPAC ?

 

Retour au texte

25

 
 

Retour au texte

26

 

Milliers de déclarations mensongères. 3312 étudiants ont fraudé l’aide financière en 10 ans - Sur le Journal de Montréal/Québec, le 11 décembre 2016

 

Retour au texte

27

 

Comme si la commission Charbonneau n’avait jamais existé. Rien dans le projet de loi ne protège les citoyens d’une mauvaise gestion. Par Paul Germain - Chef du Renouveau prévostois, Ville de Prévost, région des Laurentides Qc. - Sur Le Devoir, le 11 janvier 2017

 

Retour au texte

Retour: Plan du site - MétéoPolitique - Société - Honneur et Éthique des politiciens et politiciennes - Haut de page