Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Honneur et Éthique des politiciens et politiciennes

Constat chez nos politiciens et politiciennes: l'absence de toute autorité morale

Combien de fois devra-t-on être dégoûté de l’ignorance crasse de nos politiciens et politiciennes professionnels, de leur absence de culture et de finesse, de leur manque de compassion, de leur incapacité à comprendre clairement des enjeux, avant de comprendre que le rapport ne devrait plus être un de dialogue composé de mots et d’idées intéressantes, mais bien d’un pur rapport de force basé sur l’équilibre constant entre leur pouvoir politique et notre volonté collective de poser des gestes de pression via la mobilisation, les lobbys, les boycotts et les grèves?

Texte par Joseph Elfassi
Journaliste et responsable des pages Web de Voir

 

J’ai été impressionné par les réactions vives inspirées par la citation du ministre Yves Bolduc, affirmant que nos enfants ne mourraient pas d’absence de davantage de livres dans leurs écoles. Une autre citation de Denis Lebel à propos de la nature malveillante des bénéficiaires de l’assurance-emploi a généré moins de frustration générale mais a contribué à la preuve de la vacuité morale en provenance de nos élites politiques.

Ce qui m’étonne le plus, c’est qu’on continue de voir les politiciens comme des potentielles autorités morales, dont les paroles pourraient nous enrichir spirituellement ou nous rassembler autour d’idées positives et motrices de changement.

Notre société est composée d’être brillants capables de s’exprimer et de dialoguer avec l’Autre, et la classe politique en est généralement privée. Tandis que les acteurs bien intentionnés sont rangés dans les couloirs de l’organisation et de la stratégie, les têtes d’affiches multiplient les bêtises aberrantes et les politiques qui ont tendance à affaiblir quelconque forme de filet social ou de sentiment de communauté élargie et tolérante. C’est quand, la dernière fois que vous avez été inspiré par la citation d’un politicien au pouvoir? Pendant cette grève de cols bleus? La charte? Le printemps étudiant?

Certes, Françoise David et Amir Khadir ont tendance à sortir des idées intéressantes, qui n’ont pas l’air d’être le pur produit stratégique d’un expert en communications voulant que chacune des phrases sorties par son ministre mou ramène potentiellement un vote d’un électeur de plus en plus blasé et déçu par ce corps politique.

Mais ces deux exemples se posent quasiment exclusivement en figures d’autorités morales.

Leur impact au gouvernement est probablement réel mais particulièrement minime, et ils font figure d’exception parmi la pléthore de politiciens frileux qui suivent les sondages avec un inquiétant manque d’imagination.

C’est aussi le résultat inévitable du rapport établi entre le pouvoir et la population. Notre discours politique est devenu un champ de mines particulièrement étroit, aux mots-clés approuvés préétablis et aux mines prévisibles sur lesquelles un politicien tombera parfois accidentellement, nous procurant une semaine de scandale presque jubilatoire avant un morne retour vers l’absence d’idées provenant de l’Assemblée Nationale. En gros, soit ils sortent une cassette prévisible, soit ils commettent une petite erreur en sortant de la ligne de parti ou en dévoilant accidentellement les tristes limites de leur pensée professionnellement ambitieuse.

Nous votons pour eux. Je vote pour eux depuis une décennie et je ne me rappelle pas une élection pendant laquelle je n’ai pas fait le choix du moindre mal. Je ne me rappelle pas un débat pendant lequel un réel aspirant au pouvoir a su m’inspirer de l’espoir, une larme, un désir de m’impliquer, l’illusion temporaire que les choses peuvent s’améliorer nettement dans notre coin du monde relativement privilégié et doux, mais aux failles illimitées et aux possibilités d’améliorations multiples.

Pourquoi s’étonner lorsqu’un politicien dit quelque chose d’aberrant? Plutôt, il faudrait seulement voir leur gestes: les lois pour lesquelles ils votent, les changements structurels qu’ils essaient d’imposer, les programmes qu’ils veulent couper. Ensuite, rentrer dans une optique de négociation musclée, mais pas de dialogue ouvert et riche. À ce stade-ci, ils nous ont prouvé à maintes reprises qu’ils en sont généralement incapables. Et j’aimerais croire qu’il existe encore dans ce corps politiques des êtres humains dignes d’inspiration qu’on devrait suivre, mais à ce stade-ci ce serait surtout faire acte de profession de foi qui se fie davantage sur l’espoir que sur les preuves récurrentes de la débilité profonde d’une classe politique moralement perdue.

Source: Voir pour pour Urbacom - Pierre Paquet

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 27 août 2014

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet: