La conception du CANDU-6, antérieure au 11 septembre 2001 et à Tchernobyl comporte plusieurs élément de vulnérabilité sur le plan de la sécurité que n’admettent pas la plupart des autres agences de réglementation nucléaire internationale.