Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche Fiscalité, Évasion fiscale & Paradis fiscaux

Fiscalité, Évasion fiscale et Paradis fiscaux
Analyses et Opinions

 27      Retour à la liste

Denis ROBERT
Journaliste et alerteur

 

Serions-nous cons au point où ils le croient? Par Denis Robert

Alors que le procès d’Antoine Deltour, qui a révélé l’évasion fiscale au Luxembourg, se poursuit, et que la directive sur le secret des affaires est adoptée par le parlement européen, au Canada c'est le pelletage de responsabilité vers l'international.   Il faudrait attendre que 193 pays membres de l'ONU bougent tous en même temps avant que nos politiciens prennent leurs responsabilités ?   Au Québec avec un premier ministre qui a déjà placé son argent dans un paradis fiscal, on ne peut s'attendre à rien de ce côté.   Entrevue avec le journaliste Denis Robert qui fut un des premiers grands alerteurs fiscaux de notre époque.

26      Retour à la liste

Fuite de Panama: 11,5 millions de dossiers "off shore".  Des dirigeants de pays démasqués, d'autres associés par amalgame

George Soros aurait financé la fuite des documents provenant d'une firme d'avocats panaméenne.   Les journaux occidentaux associent Vladimir Poutine aux éludeurs fiscaux pourtant son nom n'apparaît dans aucun des 11,5 millions de documents.   Soros le vieux révolutionnaire de la droite états-unienne étend ses basses oeuvres, mais certains chroniqueurs ne s'y sont pas laissés prendre.   C'est le cas ici de Von Hessen am Rhein du site boulevard Voltaire qui nous explique:  «ce qui m’a fait sourciller sont les « frontispice » de ces journaux…   D’abord, je n’y prête qu’une attention distraite.   Lorsque j’entends que l’affaire commence par un « lanceur anonyme d’alertes », ma première réflexion est : « Que c’est bizarre.    Généralement, les lanceurs d’alertes ne cachent jamais leurs noms. »   Puis, cris et chuchotements, indignations globalisées, les cris d’orfraie sont de sortie !  »

25     Retour à la liste

Rabii RAMMAL
Chroniqueur humoriste

 

Les "maudits" B.S. et leurs comptables, à moins que ce soit les "maudits" de comptables et leur Porche

Pour bien saisir, ce que sous-tend cette chronique, il faut savoir comment les lois fiscales sont fignolées par des politiciens et politiciennes qui ne veulent pas boucher toutes les échappatoires possibles pour éluder l'impôt, parce qu'ils et elles font partie de cette classe sociale qui en profite.  Si l'un croule sous le conflit d'intérêts de classe, l'autre qui est la police de l'impôt et qui se nomme comptable est la pourriture du système.  Ce sont eux devant leurs clients qui décident si c'est possible de déduire ceci et cela.  Ce sont eux qui disent à leurs clients, apporte-moi tes factures d'affaires je m'arrange avec ça. Ce sont eux qui ont collaboré à cacher le comportement mafieux des firmes de génie-conseil et de construction, telle que rapportée par la Commission Charbonneau. Alors pour cacher leur manque de moralité, d'autres diraient éthique, ils s'en prennent aux gens qui reçoivent de l'aide sociale et ne paient pas d'impôts.. eux!.  D'ailleurs c'est la classe moyenne aisée qui a inventé le qualificatif de "Maudit BS".  C'est tellement grossier qu'il vaut mieux en rire avec Rabii Rammal - JosPublic

 24    Retour à la liste

Freiner le 1% des riches qui se cache dans le nuage de l'évitement fiscal

Nous vivons désormais dans un monde où c’est le pouvoir économique qui télécommande le politique, et non l’inverse. Boucar Diouf chroniqueur fait le tour de la question.

23        Retour à la liste

 

Les anciennes valeurs reviennent: austérité pour les pauvres et paradis fiscaux pour les riches

Les services bancaires extraterritoriaux – ou banques offshore - sont l’éléphant dans la pièce de l’économie mondiale que les élites politique et financière tentent de garder à l’abri des regards. Ils imposent des mesures d’austérité aux vaillants citoyens tout en étant conscients des sommes astronomiques détenues secrètement dans des banques extraterritoriales, donc perdues en impôts.  D’où vient cet argent et à quoi sert-il?  Un texte de Julie Lévesque

22            Retour à la liste

 

L'évasion fiscale est un sport pour riche, les autres payent. Il y a trop peu de personnes riches; il faut en adopter!

Avant que le Parti québécois recule sur ses principes fiscaux pour accommoder ces pauvres riches du Québec. J'avais compris par le ton des médias propriétés de Quebecor et Power Corporation of Canada que les nouveaux élus.es devaient éviter d'aggraver la situation des riches qui sont en voie de devenir une minorité sociale opprimée. Il faudra s'y résigner, oubliez les bébés phoques et adoptez un riche! Texte par Jean-Simon Gagné et Sylvain Martin

21Retour à la liste

David MACDONALD et
Andrew JACKSON

 

Baisser les impôts des entreprises pour créer de l'emploi : un compte déficitaire pour le gouvernement et un conte de fée bien concret pour l'entreprise privée

En raison des réductions constantes du taux d'imposition fiscal des compagnies, leur contribution au financement de la vie en commun des Canadiens représente maintenant la plus petite contribution de tous les revenus du gouvernement canadien. Chaque réduction d'un point de pourcentage du taux d'impôt des sociétés coûte au gouvernement fédéral environ 2 milliards de dollars en revenus annuels

20  Retour à la liste

Léo-Paul LAUZON
Professeur de science comptable à l'Université du Québec à Montréal

Tous les textes de Léo-Paul Lauzon sur cette partie du site

  • Essais québécois - Une chance qu'on a Léo-Paul

  • Léo-Paul Lauzon: l'emmerdeur s'intéresse aux banquiers canadiens

 

19  Retour à la liste

Par Paul KRUGMAN
Chroniqueur au journal le New York Times

La colère des riches états-uniens

Les américains les plus privilégiés sont chauffés à blanc contre la volonté d’Obama de ne pas reconduire les réductions d’impôts décidées par George Bush, considérées comme un droit acquis inaliénable. Aveuglés par la rage, certains n’hésitent plus à comparer l’impôt à l’invasion de la Pologne par les nazis, et l’on peut lire dans le magazine Fortune qu’Obama « le kényan » rêve d’une revanche anticolonialiste sur les USA

18  Retour à la liste des auteurs et auteures

Jean-Christophe SERVANT
Journaliste au magazine GEO Histoire et collaborateur du Monde diplomatique

Justice fiscale en Afrique. Les transnationales au centre de la grande évasion

La lutte contre les paradis fiscaux est encalminée. Réuni fin juin à Toronto, le G20 a réitéré son intention d’appliquer des sanctions contre ces derniers, mais à partir d’une liste établie par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) qui ne cesse de s’étriquer. Celle-ci ne compte plus que quatorze Etats

 

17  Retour à la liste des auteurs et auteures

Michel GIRARD
Chroniqueur au journal
La Presse/Affaires

Tous les textes de Michel Girard sur cette partie du site

 

16  Retour à la liste des auteurs et auteures

Bernard MARIS
Chroniqueur sur
France-Inter

L'équilibre des finances publiques implique la fin de la finance

À propos d'une remarque de Jean-Pierre Jouyet, président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) de France qui affirme que "plus de 50% des transactions financières s'effectuent au noir"

 

15  Retour à la liste des auteurs et auteures

Jean DE MAILLARD
Juriste-économiste

La fraude comme instrument de régulation

Entrevue avec l'auteur de "L'Arnaque: La finance au-dessus des lois et des règles". Un livre choc par Jean de Maillard, vice-président du tribunal de grande instance d'Orléans, et enseignant à Sciences Politique en France. Il a déjà écrit plusieurs livres sur la criminalité économique. À l'ère du capitalisme financier, la notion de fraude ne doit plus être comprise comme autrefois. Elle n'est pas seulement le geste isolé de quelques individus cupides comme Vincent Lacroix ou Bernard Madoff

14  Retour à la liste des auteurs et auteures

Un an après le sommet de Londres, bilan du G20 en 12 questions

PDF 36 pages

Déjà oublié? Le sujet n'était pas à l'ordre du jour de la réunion des pays formant le G20. Le problème est loin d'être réglé. Très peu de pays ont eux-mêmes bougé localement. Rapport du CCFD-Terre Solidaire avril 2010

13  Retour à la liste des auteurs et auteures

François POUILOT
Chroniqueur

Desjardins: le paradis fiscal

Ainsi Desjardins a investi pour près de 200 M$ dans l’entreprise de Bernard Madoff. Ok, pas pire que les autres. Surprise cependant : l’investissement a transité par un paradis fiscal. Plus préoccupant…

 

12       Retour à la liste des auteurs et auteures

Richard MARTINEAU
Chroniqueur

Vous êtes plus riches que vous le croyez

Entre 1993 et 2007, ces cinq institutions bancaires canadiennes ont réussi, selon les chiffres extraits de leurs états financiers vérifiés, à éluder aux fiscs canadien et provinciaux un montant de 16 milliards de dollars d'impôts grâce à l'évasion fiscale pratiquée dans les paradis fiscaux par leurs filiales

11  Retour à la liste des auteurs et auteures

Xavier HAREL
Écrivain et journaliste

Paradis fiscaux : les entreprises profitent, les politiques esquivent

Voici un livre qui ne fera pas plaisir aux responsables du Medef et aux locataires du ministère des Finances. Journaliste à la Tribune, Xavier Harel passe au tamis l'activité des paradis fiscaux dans « La Grande évasion, le vrai scandale des paradis fiscaux ». Où l'on découvre un manque à gagner d'impôts de 20 milliards d'euros par an, à cause des pratiques des plus grandes multinationales. Un chantier sur lequel le gouvernement ferme les yeux

10 Retour à la liste des auteurs et auteures

Marc ARAGON
Ingénieur-informaticien
France

Pirates des Caraïbes et d’ailleurs

Le siège social des pirates se nomme Ugland House, un immeuble de bureau de cinq étages à George Town, capitale des Caïmans, est-il un de ces hauts lieux du miracle immobilier : selon le Tax Justice Network, ce bâtiment, y logeait mi-2008 quelque 18 857 firmes !

 

09  Retour à la liste des auteurs et auteures

Gil COURTEMANCHE
Écrivain, chroniqueur
au journal Le Devoir

 

Les voleurs volés

Dans la foulée, les États-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie ont désigné la Suisse comme le principal vilain de la plateforme financière mondiale. Les Suisses rechignent, se plaignent et protestent qu'on leur fait un procès injuste. Les banquiers suisses sont d'honnêtes personnes même s'ils ne s'étonnent ni ne se scandalisent de recueillir dans leurs coffres secrets des millions et des milliards déposés par des dictateurs dont le salaire officiel ne dépasse pas 100 000 $ par année. Essayez de déposer un million en comptant dans une banque canadienne. Vous constaterez comment le banquier suisse est discret tandis que le canadien craint de devenir complice d'un crime de blanchiment ou d'évasion fiscale

08  Retour à la liste des auteurs et auteures

Eva JOLY
Députée au parlement européen, ex juge d'instruction

Mme Eva Joly accuse: « L'évasion fiscale nous coûte 1 000 milliards de dollars ! »

L'eurodéputée "Europe Écologie" dissèque les mécanismes de «l'optimisation fiscale» pratiquée par les multinationales. Premières victimes : les pays les plus pauvres de la planète

 

07  Retour à la liste des auteurs et auteures

Philippe BÉCHADE
Analyste technique et arbitragiste de formation

Un an après, la montagne du G20 accouche d'une souris

Le G20 a renoncé à traiter les trois principales causes de la crise financière de 2008 : l'absence de régulation de la finance, les déséquilibres budgétaires mondiaux, l'accroissement systématique de la part des dividendes et des bonus aux dépens des salaires – d'où le surendettement qui a conduit à l'éclatement de la bulle du crédit

 

06  Retour à la liste des auteurs et auteures

Jean-Paul GAGNÉ
Chroniqueur au Journal Les Affaires

Paradis fiscaux: le Canada peut faire mieux

Voici deux bonnes nouvelles sur le plan de l’évasion fiscale

 

05  Retour à la liste des auteurs et auteures

Bernard MOONEY
Chroniqueur au journal Les Affaires

Montréal est aussi un paradis fiscal

Les paradis fiscaux n'ont pas été épargnés par la crise financière. Ils ont été propulsé à l'avant-scène alors que plusieurs pays ont multiplié les tentatives pour restructurer leur système financier. Pour être crédibles dans leur démarche, ces pays n'ont pas eu le choix d'adopter la ligne dure envers ces États qui offrent de généreux avantages fiscaux aux entreprises et aux personnes fortunées.

 

04  Retour à la liste des auteurs et auteures

Groupe: Plate-Forme Paradis fiscaux et judiciaires

Paradis fiscaux: des pays riches montrés du doigt

Un réseau d'organisations non gouvernementales a publié hier une liste alternative de paradis fiscaux prenant en compte le degré d'«opacité financière» et incluant 60 «juridictions», dont l'État américain du Delaware, la City de Londres ou Hong Kong

 

03  Retour à la liste des auteurs et auteures

Loretta NAPOLEONI
Économiste italienne spécialiste de la finance et du terrorisme

Pour cette spécialiste de la finance et du terrorisme, la crise financière est « une occasion manquée pour l’Europe de parler d’une seule voix.  Selon elle, une nouvelle génération d’hommes d’affaires dénués de scrupules, entrepreneurs et financiers, gèrent la planète

L’Europe ? Un grand paradis fiscal !

L’ « économie canaille » ? L’expression inventée par Loretta Napoleoni, économiste italienne de 50 ans, pour titrer son ouvrage (« Economia canaglia » en italien) fait mouche.
Selon elle, une nouvelle génération d’hommes d’affaires dénués de scrupules, entrepreneurs et financiers, gèrent la planète. « Il s’agit d’un livre sur le monde moderne qui risque d’être totalement redessiné par l’action de forces économiques obscures. Une histoire qui nous force à nous rappeler que l’humanité est toujours contrainte de payer le prix fort, ce qui est ensuite présenté dans les livres d’histoire comme des conquêtes», peut-on lire dans l’introduction. 

02  Retour à la liste des auteurs et auteures

Christian NAVIS
Ethnologue et journaliste, navigateur et écrivain

 

On ira tous au paradis... fiscal

Au sommet du G 20, le premier avril 2009 (curieuse date !) les Maîtres du Monde ont décidé de colorier les paradis fiscaux. En noir, en gris, en blanc. Pourquoi pas en bleu ou en vert tant qu’ils y étaient ? La belle affaire ! Il s’agissait, paraît-il, de stigmatiser les états tricheurs. Le plus souvent ces mini ou micro républiques à l’économie malsaine et à l’attitude obscène. Offrant un sanctuaire aux tricheurs. Refusant de collaborer avec les services fiscaux des grandes puissances. S’opposant ainsi aux règles saines, aux profits justes et au fonctionnement loyal d’un capitalisme vertueux. Avec cet oxymore inoxydable, on allait mettre aux pas les profiteurs inciviques et les odieux spéculateurs !

01  Retour à la liste des auteurs et auteures

M. Alain DENEAULT
Chercheur et auteur indépendant

Effondrement des infrastructures et institutions des années 1960