Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche: Fiscalité - Analyses & Opinions

Maudits BS et leurs comptables,
à moins que ce soit maudits comptables et leur Porche

Pour bien saisir, ce que sous-tend la chronique ci-dessous, il faut savoir comment les lois fiscales sont fignolées par des politiciens et politiciennes qui ne veulent pas boucher toutes les échappatoires possibles pour éluder l'impôt, parce qu'ils et elles font partie de cette classe sociale qui en profite. 

Si l'un croule sous le conflit d'intérêts de classe, l'autre qui est la police de l'impôt et qui se nomme comptable est la pourriture du système.  Ce sont eux devant leurs clients qui décident si c'est possible de déduire ceci et cela.  Ce sont eux qui disent à leurs clients, apporte-moi tes factures d'affaires je m'arrange avec ça.  Ce sont eux qui ont collaboré à cacher le comportement mafieux des firmes de génie-conseil et de construction, telle que rapportée par la Commission Charbonneau.  Alors pour cacher leur manque de moralité, d'autres diraient éthique, ils s'en prennent aux gens qui reçoivent de l'aide sociale et ne paient pas d'impôts.. eux!.  D'ailleurs c'est la classe moyenne aisée qui a inventé le qualificatif de "Maudit BS". 

C'est tellement grossier qu'il vaut mieux en rire avec Rabii Rammal    - JosPublic

 

   
 

Une de mes phobies : retrouver mon pare-choc de voiture éraflé.  J’en vois souvent, des conducteurs négligents qui accrochent impunément le pare-choc de la voiture derrière eux.

Je remarque que beaucoup d’entre eux font davantage attention à leur pare-choc avant qu’arrière. Sûrement parce que des composantes plus importantes se trouvent à l’avant.

J’ose donc avancer que l’idéal, pour éviter que ta voiture ne se fasse malmener en ton absence, est de la stationner entre deux voitures neuves, luxueuses ou au moins récentes.

Plus de chances que le propriétaire fasse attention.

La deuxième meilleure option consiste à te stationner entre une voiture récente et un vieux bazou, selon la disposition suivante : la récente devant toi, le bazou derrière.

Si le propriétaire du bazou est négligent, c’est sa partie avant à lui qu’il endommagera, pas la tienne.

Tu ne pourras pas dire que t’apprends rien en me lisant.  De rien.

Il y a quelques semaines, remise en question de ma théorie.  À deux mètres de moi, un conducteur quitte sa place de stationnement.

Il est au volant d’une Porsche 911 GT3 RS.  Derrière lui, une Corolla.

La voiture recule, puis avance, puis recule.  En reculant pour la dernière fois, le conducteur accroche la Corolla derrière lui.

La Porsche s’éloigne.  Avant de disparaître complètement, quelque chose me frappe : elle est plaquée F.

Une voiture plaquée F appartient à une entreprise.  Quand tu vois une plaque F, dis-toi que les coûts de location, d’essence et d’entretien – lorsque la voiture est utilisée dans le cadre du travail – sont en partie déductibles d’impôt.

Je pars toujours de la prémisse que les gens sont bien intentionnés.

Ma vie serait un cauchemar sinon.

J’aime croire que le conducteur déclare en bonne et due forme le pourcentage d’utilisation personnel-commercial qu’il fait de son véhicule.

Ça ne me choque donc pas tant de voir un bolide de luxe plaqué F, un samedi soir à minuit, stationné devant un bar où la musique est tellement forte que tout le quadrilatère fait boum boum.

Tenons donc pour acquis que tout conducteur de voiture de luxe plaquée F – et Dieu sait qu’on en voit beaucoup – est honnête.

La partie personnelle de l’utilisation serait couverte par le particulier, c’est correct.

Ce qui m’emmerde au plus haut niveau, c’est la partie commerciale.

La partie commerciale est admissible à des déductions fiscales.  De l’argent qui ne sera jamais perçu en impôt.

À mes yeux, c’est acceptable lorsque la voiture en question est une van de livraison ou une berline de milieu de gamme.

C’est acceptable lorsque c’est un véhicule raisonnable et pratique.

Cela dit, quelle compagnie a réellement besoin d’une Porsche ?

Et je mets l’accent sur les mots « réellement » et « besoin ».

Et pourquoi même la partie commerciale me dérange ?   Parce que ces bolides peuvent consommer jusqu’à trois fois plus d’essence que les voitures normales de mortels.  Et les coûts d’entretien sont ridicules.

Par exemple, scénario atypique, mais possible : la Porsche que j’ai vue – s’il s’agissait d’une authentique GT3 – est équipée de rotors en composite de céramique.

Je sais ça parce que je n’ai pas beaucoup d’amis.

Bref, un jour, il se peut que l’entreprise propriétaire ou locataire du véhicule ait à remplacer ces rotors.  Le coût :
4 500 $.  Par rotor.  Au total, plus de 20 000 $ pour changer des freins.  Ce n’est pas une blague, appelle Porsche et demande-leur.

Ce qui m’enrage, c’est qu’une portion de cette dépense est déductible.  Peu importe le montant, petit ou grand, même un sou, il s’agit d’argent dont on prive notre société.

On peut donc dire que les contribuables paient – en partie – pour faire rouler ces voitures de luxe plaquées F.  Ces voitures dont l’apport pratique à une quelconque entreprise est discutable.

Un avantage de plus offert aux entreprises.  Entreprises qui, seulement au Québec, selon l’IRIS, ont 111 milliards de dollars en réserve.  Qui dorment en banque. ( 01 )

Plus de 30 % du PIB québécois. Plus de trois fois le budget de l’État.

« On coupe dans le gras », qu’ils disent.

On coupe 217 millions au primaire et au secondaire. Dont 150 millions dans des programmes comme l’aide aux devoirs, l’aide alimentaire, le transport scolaire.

On coupe 20 millions dans les centres jeunesse qui, chaque année, aident 32 000 jeunes vulnérables. Des centres d’aide qui reçoivent 80 000 signalements d’enfants maltraités par année.

Pas grave ; coupe.

Économies de bouts de chandelles ; on est allés chercher 450 000 $ en coupant au Conseil du statut de la femme.

On est allés chercher 60 000 $ en abolissant le concours « Chapeau, les filles ». ( 02 )

Chapeau, les gars.

Honte à nous.

« On coupe dans le gras », qu’ils disent.

Non.  On coupe sur l’os.  Le vrai gras, il sirote un espresso dans la salle de montre du concessionnaire.  En attendant que ses freins soient changés.

« Les osties de BS », qu’on entend, lorsqu’il n’est pas requis d’être politiquement correct.

On s’indigne : « Leur alcool, leurs cigarettes ; avec mes taxes. »

Mais personne ne s’arrête devant une criarde Porsche plaquée F et s’exclame « avec mes taxes ».

On tape à voix haute sur le pauvre. Le faible. C’est facile.

Plus risqué de taper sur le riche. Cette noblesse à laquelle on aspire parfois secrètement.

Alors on chuchote.

Fait que garde ça entre nous deux, mais je préfère de loin subventionner l’alcool du BS qui veut oublier qu’il est pauvre, plutôt que de subventionner la Porsche du gars qui veut nous rappeler qu’il est riche.

 

Source: Journal La Presse pour Power Corporation du Canada

Choix de photos, commentaire d'ouverture, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 19 novembre 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 

Porsche 911 GT3 RS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

David MACDONALD et
Andrew JACKSON

Baisser les impôts des entreprises pour créer de l'emploi : un compte déficitaire pour le gouvernement et un conte de fée bien concret pour l'entreprise privée

En raison des réductions constantes du taux d'imposition fiscal des compagnies, leur contribution au financement de la vie en commun des Canadiens représente maintenant la plus petite contribution de tous les revenus du gouvernement canadien.

Chaque réduction d'un point de pourcentage du taux d'impôt des sociétés coûte au gouvernement fédéral environ 2 milliards de dollars en revenus annuels

 

Retour au texte

02

 

« Chapeau, les Filles! » : une coupe qui fait mal - Sur Ici Radio-Canada, le 18 février 2015

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Fiscalité - Analyses & Opinions - Haut de page