MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Fiche: la grippe pandémique - Analyse - Larry Romanoff

Ni en Chine ni à Taïwan ni au Japon ni en Italie, alors?
Covid-19
(2019-nCoV) : où est le premier malade infesté par le coronavirus

Dans le précédent texte sur le sujet, Larry Romanoff a rapporté que les scientifiques de la Chine, de Taïwan, du Japon et de l'Italie ont fait la preuve que le virus sur leur territoire a été importé, malgré le fait qu'il s'est propagé à toute vitesse dans le marché de Wuhan, il n'est pas né là.  Alors, poursuivons l'enquête...

 

Larry Romanoff

 
 
 
 

Le marché public de Wuhan disculpé

 
 

Dr Daniel-R. Lucey, un expert en maladies infectieuses de l’université de Georgetown à Washington, a déclaré dans un article publié dans le Science magazine qu'il confirme que la première infection humaine a eu lieu en novembre 2019 (donc, pas à Wuhan), ce qui suggère que le virus est venu d’ailleurs et s’est ensuite propagé jusqu’au marché de fruits de mer. 

 
 

Un autre groupe de chercheurs a situé l’origine de l’épidémie au 18 septembre 2019.

Ils écrivent: une description des premiers cas cliniques récemment publiée dans le Lancet remet en cause l'hypothèse que le virus soit né au marché de Wuhan.  Le texte, rédigé par un grand groupe de chercheurs chinois de plusieurs institutions, donne des détails sur les 41 premiers patients hospitalisés qui ont eu des infections confirmées de ce qui a été baptisé « 2019 novel coronavirus » (2019-nCoV).

Dans le premier cas, le patient est tombé malade le 1er décembre 2019 et n’avait aucun lien déclaré avec le marché de fruits de mer, selon les auteurs. 

« Aucun lien épidémiologique n’a été trouvé entre ce premier patient et les cas ultérieurs », affirment-ils.  

Leurs données montrent également qu’au total, 13 des 41 cas n’avaient aucun lien avec le marché.  

« C’est un nombre important, 13 sans lien », dit Dr Daniel Lucey.

Daniel Lucey

Des rapports antérieurs des autorités sanitaires chinoises et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient indiqué que le premier patient avait commencé à présenter des symptômes le 8 décembre 2019 – et ces rapports disaient simplement que « la plupart » des cas avaient des liens avec le marché de fruits de mer, qui a été fermé le 1er janvier 2020.

Dr Lucey dit que si les nouvelles données sont exactes, les premières infections humaines doivent avoir eu lieu en novembre 2019 – si ce n’est plus tôt – car il y a un temps d’incubation entre l’infection et l’apparition des symptômes.   Si c’est le cas, le virus s’est peut-être propagé silencieusement parmi les habitants de Wuhan – et peut-être d’ailleurs – avant que le cluster de cas du désormais tristement célèbre marché de fruits de mer de Huanan ne soit découvert fin décembre.   « Le virus est entré sur ce marché avant d’en ressortir », affirme Dr Lucey.

 
«

 La Chine a dû se rendre compte que l’épidémie n’avait pas son origine dans ce marché de fruits de mer Huanan de Wuhan

-  Dr Daniel Lucey lors d'une entrevue à Science Insider

»
 

Kristian Andersen est un biologiste évolutionniste du Scripps Research Institute qui a analysé des séquences de 2019-nCoV pour tenter d’éclaircir son origine. 

Il a déclaré que le scénario selon lequel des personnes infectées ont apporté le virus sur le marché de fruits de mer depuis un endroit extérieur est « tout à fait plausible ».   Selon l’article de Science, Dr Andersen a publié son analyse des 27 génomes disponibles de 2019-nCoV le 25 janvier 2020 sur un site de recherche en virologie.  Il suggère qu’ils avaient un « ancêtre commun très récent » – c’est-à-dire une source commune – dès le 1er octobre 2019.

L'immunologue Kristian Andersen de Scripps Research est impliqué dans l'effort mondial visant à identifier les circonstances dans lesquelles le coronavirus chinois se déplace d'une personne à l'autre.

Il est intéressant de noter que Dr Lucey a également souligné que le MERS-COV (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) avait initialement été assigné à un patient d’Arabie Saoudite en juin 2012, mais que des études ultérieures et plus approfondies l’avaient fait remonter à une précédente épidémie hospitalière de pneumonies inexpliquée en Jordanie, en avril de la même année.  Selon Dr Lucey, les autorités médicales ont confirmé que des échantillons stockés provenant de personnes décédées en Jordanie avaient été infectés par le virus MERS.

Cela devrait inciter le public à la prudence sur la « version officielle standard » que les médias sont toujours si empressés à fournir – comme ils l’ont fait avec le SRAS, le MERS et le ZIKA, dont il a été prouvé par la suite que toutes les « versions officielles » étaient entièrement fausses.

Dans ce cas, les médias occidentaux ont inondé leurs pages pendant des mois au sujet du virus COVID-19 provenant du marché de fruits de mer de Wuhan, causé par des personnes mangeant des chauves-souris et des animaux sauvages.  Il a été prouvé que tout cela était faux.

Non seulement le virus n’est pas apparu sur le marché de fruits de mer, mais il n’est pas originaire de Wuhan du tout, et il est maintenant prouvé qu’il n’est pas originaire de Chine mais qu’il a été amené en Chine depuis un autre pays.  Une partie de la preuve de cette affirmation est que les variétés du génome du virus en Iran et en Italie ont été séquencées et déclarées différentes de la variante qui a infecté la Chine.  Elles doivent, par définition, provenir d’ailleurs.

Il semblerait que la seule possibilité d’origine soit les États-Unis, car seul ce pays possède le « tronc d’arbre » de toutes les variétés de ce type de virus.  Et il est donc peut-être vrai que la source originale du virus COVID-19 est le laboratoire de guerre biologique de l’armée américaine de Fort Detrick.

Ce ne serait pas une surprise, parce que le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies CDC a fait fermer Fort Detrick, mais aussi parce que, comme je l’ai rapporté dans un article précédent, entre 2005 et 2012, les États-Unis ont connu 1 059 événements au cours desquels des agents pathogènes avaient été volés ou s’étaient échappés de laboratoires biologiques américains sur les dix années précédentes – soit une moyenne d’un tous les trois jours.

Mais pourquoi les États-Unis ont tant de laboratoires financés par l'armée?  Ce sera l'objet du prochain texte

 

Notes & Références encyclopédiques:

Un groupe de chercheurs a situé l'origine de l'épidémie au 18 septembre 2019...
 

Une ambulance traverse un pont désert à Wuhan, en Chine, qui a été bouclé du monde extérieur.

New coronavirus threat galvanizes scientists

Un texte de Jon Cohen publié sur Science Magazine, le 31 Jan 2020 en anglais: Vol. 367, Issue 6477, pp. 492-493

 

Retour au texte

une description des premiers cas cliniques...
 

The Lancet: Article Volume 395, ISSUE 10223, P497-506, February 15, 2020 Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China

Doctors of Jin Yin-tan Hospital, Wuhan, China Department of Pulmonary and Critical Care Medicine, Center of Respiratory Medicine, National Clinical Research Center for Respiratory Diseases, China-Japan Friendship Hospital, Beijing, China. Institute of Respiratory Medicine, Chinese Academy of Medical Sciences, Peking Union Medical College, Beijing, China Department of Respiratory Medicine, Capital Medical University, Beijing, China and & al.....

 

Retour au texte

n'avaient aucun lien avec le marché c'est un nombre important...
 

Wuhan coronavirus – 2019-nCoV Q&A #6: An evidence-based hypothesis

Texte en anglais: Une hypothèse fondée sur des preuves que l'épidémie a commencé en novembre 2019 ou plus tôt et à un endroit autre que le marché des fruits de mer de Wuhan Huanan: implications majeures. Sur Science Speaks: Global ID News, publié le 25 janvier 2020.

 

Retour au texte

Dr Andersen a publié son analyse des 27 génomes disponibles...
 

Période et TMRCA basées sur 27 génomes
Novel 2019 coronavirusnCoV-2019
Epidémiologie génomique
Kristian_Andersen

Texte en anglais: Estimations de la période de temps et du TMRCA pour 2019-nCoV sur la base de 27 génomes - 25 janvier 2020, par Kristian Andersen de Scripps Research

Suite aux analyses fournies par Andrew Rambaut, il s'agit d'un bref rapport estimant le taux d'évolution et le moment de l'épidémie (date de l'ancêtre le plus récent (MRCA)) sur la base de 27 séquences du génome n2019-nCoV partagées publiquement. Par rapport aux analyses antérieures où plusieurs paramètres devaient être fixés, il y a maintenant suffisamment de contenu d'information dans les séquences pour obtenir des estimations raisonnables de l'horloge et du TMRCA sans fixer les paramètres. Toutes les données utilisées ici sont fournies par les laboratoires énumérés ci-dessous via NCBI Genbank ou GISAID.

 

Retour au texte

ont confirmé que des échantillons stockés provenant de personnes décédées en Jordanie...
 

Country experience Novel coronavirus infections in Jordan, April 2012: epidemiological findings from a retrospective investigation

by B. Hijawi, M. Abdallat. Sayaydeh, S. Alqasrawi, A. Haddadin, N. Jaarour, Alsheikh and T. AlsanouriEMHJ Vol. 19 Supplément 1 - 2013 Eastern Mediterranean Health Journal -La Revue de Santé de la Méditerranée orientale

 

Retour au texte

Source Deuxième texte cette fois du 11 mars 2020. Larry Romanoff est un consultant en gestion et un homme d’affaires à la retraite. Il a occupé des postes de direction dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d’une entreprise internationale d’import-export. Il a été professeur invité à l’université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas sur les affaires internationales à des classes supérieures de l’EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l’Occident.     Retour au texte

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 20 mars 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Coronavirus COVID-19: ne serait pas d'origine chinoise - partie I

   Coronavirus - Professeur Didier Raoult : je ne suis pas à contre-courant"

 Fiche: grippe pandémique

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Grippe pandémique - Analyse - Larry Romanoff - Haut de page