MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

Censure de l'internet
Le coronavirus sert à la censure
Durant la crise du virus les gouvernements feront disparaître des médias alternatif
COVID-19 une excuse pour censurer

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Santé - La grippe pandémique - Analyse - Larry Romanoff

Coronavirus Covid-19: ne serait pas d'origine chinoise
Texte 1 de 2

Alors que tout un chacun s’imprègne des directives de La Santé publique du Québec et des recommandations gouvernementales, il est important, en tant que média alternatif, de ne pas ajouter à la logorrhée de textes qui traitent de ce qu'il faut ou pas faire en temps de coronavirus  Il devient primordial de faire du journalisme d’enquête et de percer les codes du discours officiel.  Cependant il n’est pas évident que le résultat comme le texte ci-dessous puisse se rendre sur Google ou Facebook.  En effet, ces GAFAM à la solde des lignes de propagande gouvernementale ont annoncé qu’ils empêcheraient la diffusion de points de vue différents ou opposés à la ligne de pensée officielle.  Pour écrire le texte ci-dessous, l’auteur a dû puiser dans ses propres archives ou dans celles de sites à l’extérieur de la géographie contrôlée par l’OTAN.

- JosPublic 

Au moment de lire ces lignes, des milliers de textes sont disparus et expurgés des moteurs de recherche. Dorénavant, les milliers de censeurs, que ces GAFAM ont embauchés, charcuteront dans les textes ou bloqueront les sites qui, à leurs yeux seraient subversifs.  Nous vivons maintenant à l’ère de la deuxième grande inquisition avec comme image iconique, celle de l'éditeur Julian Assange qui lutte pour sa vie, pour avoir voulu informer la nôtre.                                                                             

 
Censure de l'internet
Le coronavirus sert à la censure
Durant la crise du virus les gouvernements feront disparaître des médias alternatif
COVID-19 une excuse pour censurer

 
 

La Chine se questionne sur l’origine du coronavirus COVID-19

 
 

Des chercheurs médicaux chinois concluent que le virus est originaire de l’extérieur de la Chine. 

Le directeur du Center for Disease Control (CDC) des États-Unis, Robert Redfield virologiste, a admis publiquement, devant les élus.es à la Chambre des représentants, que depuis l'automne 2019 il y a eu aux États-Unis 34 millions de cas d'influenza et 20 000 décès. 

Il admet que des morts états-uniens attribués à la grippe courante ont pu décéder du Covid-19.  On parle ici d'une période précédant le début de l'épidémie de Wuhan en décembre 2019.

Robert Redfield

Le 13 mars 2020, un tweet alarmé de Lijan Zhao, porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, donc cela représente le son de cloche de Pékin, lance ceci:

 

Le CDC a été pris sur le fait.  De quand (date) le patient zéro (le premier infecté) aux États-Unis ? 

Combien de personnes sont infectées ?  Quels sont les noms des hôpitaux ?

C’est peut-être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent !  Rendez publiques vos données !  Les États-Unis nous doivent une explication !

pic.twitter.com/vYNZRFPWo3

— Lijian Zhao 赵立坚 (@zlj517) March 12, 2020

 

Si Lijian Zhao fait allusion à l’armée états-unienne, c’est parce que les Jeux mondiaux militaires d’été de 2019 se sont tenus à Wuhan, du 18 au 27 octobre  2019 et la délégation états-unienne comptait 300 athlètes des forces armées des USA.  La Chine s'interroge aujourd’hui sur la possibilité que certains de ces athlètes aient été infectés par le coronavirus. 

La table est mise et voici un premier texte de Larry Romanoff, à propos du Coronavirus chinois. Vous trouverez ci-dessous une mise à jour des  connaissances des scientifiques asiatiques. Maintenant que le pire de l'épidémie chinoise est passé, la question se pose: le virus vient-il des États-Unis ?

Comme dans toutes les crises, les médias ont rapidement occupé l’espace médiatique et ont insufflé une version devenue officielle de l’épidémie du nouveau coronavirus.  Ce dernier semblait être né en Chine et émanant d’animaux d’un marché de fruits de mer de Wuhan.

En fait, l’origine a été longtemps inconnue, mais il semble maintenant probable, selon les rapports chinois et japonais, que le virus soit venu d’ailleurs, de plusieurs endroits, mais qu’il n’ait commencé à se répandre largement qu’après être arrivé sur le marché de Wuhan.

Plus précisément, il semble que le virus ne soit pas originaire de Chine et, selon les reportages des médias japonais et autres, il pourrait provenir des États-Unis.

 

Des chercheurs chinois concluent que le virus est originaire de l’extérieur de la Chine

 

Après avoir recueilli des échantillons du génome en Chine, des chercheurs médicaux ont d’abord démontré de manière concluante que le virus ne provenait pas du marché de fruits de mer, mais de multiples sources non identifiées, après quoi il est arrivé au marché de fruits de mer, d’où il s’est répandu partout. (1) (2) (3)

Selon le Global Times : Une nouvelle étude menée par des chercheurs chinois indique que le nouveau coronavirus pourrait avoir commencé à se transmettre d’homme à homme fin novembre à partir d’un autre endroit que le marché de fruits de mer de Huanan, à Wuhan.

L’étude publiée sur ChinaXiv, une base de données chinoise ouverte aux chercheurs scientifiques, révèle que le nouveau coronavirus a été introduit sur le marché de fruits de mer à partir d’un ou plusieurs autres endroits, puis s’est rapidement propagé à partir du marché en raison de son grand nombre de contacts humains étroits.  Les conclusions sont le résultat d’analyses des données sur le génome, les sources d’infection et la voie de propagation des variantes du nouveau coronavirus recueillies dans toute la Chine.

L’étude estime que le ou les patients zéro ont transmis le virus aux travailleurs ou aux vendeurs du marché de fruits de mer de Huanan, ce marché surpeuplé ayant facilité la transmission du virus aux clients, ce qui a provoqué une grande propagation au début du mois de décembre 2019.

Les autorités médicales chinoises – et les « agences de renseignement » – ont ensuite mené une recherche rapide et de grande envergure sur l’origine du virus, en recueillant près de 100 échantillons du génome provenant de 12 pays différents sur 4 continents, et identifiant toutes les variantes et mutations.  Au cours de ces recherches, ils ont déterminé que l’épidémie avait commencé beaucoup plus tôt, probablement en novembre 2019, peu après les Jeux militaires tenus à Wuhan.

Ils sont ensuite arrivés indépendamment aux mêmes conclusions que les chercheurs japonais, à savoir que le virus n’a pas commencé en Chine, mais y a été introduit de l’extérieur.

Zhong Nanshan, le plus grand spécialiste chinois des maladies respiratoires, a déclaré le 27 janvier:

« Bien que le COVID-19 ait été découvert pour la première fois en Chine, cela ne signifie pas qu’il soit originaire de ce pays ».

Mais c’est du chinois pour dire « il est originaire d’un autre endroit, d’un autre pays ».

Zhong Nanshan

Cela soulève bien sûr des questions quant au lieu d’origine réel.  Si les autorités ont poursuivi leur analyse à travers 100 échantillons de génome provenant de 12 pays, elles devaient avoir une raison impérieuse de rechercher la source d’origine en dehors de la Chine.  Cela expliquerait qu’il ait été si difficile de localiser et d’identifier un « patient zéro ».

Shen Yi

Shen Yi, un professeur de relations internationales à l’université Fudan de Shanghai, a déclaré que les virologistes mondiaux « y compris les agences de renseignement (espionnage) » étaient à la recherche de l’origine du virus.  Autre fait intéressant, le gouvernement chinois n’a rien nié à ce sujet.  L’article de presse du People’s Daily [un organe officiel du gouvernement chinois, NdT] déclarait :  Les net-citoyens sont encouragés à participer activement aux discussions, mais de préférence de manière rationnelle. »  

En Chine, c’est significatif. Si les reportages avaient été faux, le gouvernement l’aurait indiqué clairement et aurait demandé aux gens de ne pas répandre de fausses rumeurs.

0002
 

Médias japonais : Le coronavirus pourrait être originaire des États-Unis

 
 

En février 2020, le journal télévisé japonais de la chaîne Asahi (presse écrite et télévision) a affirmé que le coronavirus provenait des États-Unis et non de Chine, et que certains (ou beaucoup) des 14 000 décès américains attribués à la grippe pourraient en fait avoir été causés par le coronavirus.

Un reportage d’une chaîne de télévision japonaise révélant le soupçon selon lequel certains de ces états-uniens pourraient avoir contracté le coronavirus sans le savoir est devenu viral sur les médias sociaux chinois, alimentant des craintes et des spéculations en Chine selon lesquelles le nouveau coronavirus pourrait provenir des États-Unis.

Le reportage, réalisé par la société japonaise TV Asahi Corporation, suggère que le gouvernement états-unien n’a peut-être pas réalisé à quel point le virus s’était répandu sur le sol états-unien.

Cependant, on ignore si des états-uniens morts de la grippe avaient en fait contracté le coronavirus, comme l’a rapporté TV Asahi.

Le 14 février 2020, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a annoncé qu’il commencerait à tester les personnes atteintes d’une affection pseudo-grippale pour le nouveau coronavirus dans les laboratoires de santé publique de Los Angeles, San Francisco, Seattle, Chicago et New York.

Le réseau TV Asahi a présenté des documents scientifiques à l’appui de ses affirmations, soulevant un problème : personne ne connaît la cause réelle des décès précédents, parce que les États-Unis ont négligé de faire des tests ou n’en ont pas publié les résultats.  Le Japon n’a pas abordé les questions de savoir si le virus est d’origine naturelle ou humaine, si sa propagation était accidentelle ou délibérée, se contentant de déclarer que l’épidémie de virus pouvait avoir eu lieu pour la première fois aux États-Unis.  L’Internet occidental semble avoir été épuré de cette information, mais les médias chinois y font toujours référence.

Ces affirmations ont jeté un pavé dans la mare non seulement au Japon mais aussi en Chine, devenant immédiatement virales sur les réseaux sociaux chinois, d’autant plus que les Jeux Mondiaux Militaires se sont tenus à Wuhan en octobre 2019, et il avait déjà été largement conjecturé que le virus pouvait avoir été transmis à ce moment – à partir d’une source étrangère.  Peut-être les délégués états-uniens ont-ils apporté le coronavirus à Wuhan, et qu’une mutation s’est produite sur le virus, le rendant plus mortel et plus contagieux, et provoquant une épidémie cette année. 

0003
 

Un virologiste taïwanais suggère que le coronavirus est originaire des États-Unis

 
 

Le 27 février 2020, Taiwan a diffusé un journal télévisé qui présentait des diagrammes suggérant que le coronavirus provenait des États-Unis.

 

Cliquez ici pour accéder à la vidéo (en chinois)

 

Vous trouverez ci-dessous une traduction approximative, un résumé et une analyse du contenu sélectionné de ce bulletin d’information. (voir carte ci-dessous)

L’homme dans la vidéo est un virologue et pharmacologue de haut niveau qui a effectué une recherche longue et détaillée pour trouver la source du virus.  Il passe la première partie de la vidéo à expliquer les différents haplotypes (variantes, si vous voulez), et explique comment ils sont liés les uns aux autres, comment l’un doit avoir précédé l’autre, et comment un type est dérivé d’un autre.  Il explique qu’il s’agit de science élémentaire et qu’elle n’a rien à voir avec des questions géopolitiques.  Il décrit comment, comme pour les nombres dans l’ordre, le 3 doit toujours suivre le 2.

L’un de ses principaux arguments est que le type infectant Taïwan n’existe qu’en Australie et aux États-Unis et, puisque Taïwan n’a pas été infecté par des Australiens, l’infection à Taïwan n’a pu provenir que des États-Unis.

La logique de base est que le lieu géographique présentant la plus grande diversité de souches virales doit être la source d’origine, car une souche ne peut pas émerger de rien.

Il a démontré que seuls les États-Unis possèdent les cinq souches connues du virus (alors que Wuhan et la plupart des laboratoires de Chine n’en possèdent qu’une, tout comme Taïwan et la Corée du Sud, la Thaïlande et le Vietnam, Singapour, et l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne), ce qui fonde sa thèse selon laquelle les haplotypes présents dans d’autres nations pourraient tous provenir des États-Unis.

La Corée et Taïwan ont un haplotype du virus différent de celui de la Chine, peut-être plus infectieux mais beaucoup moins mortel, ce qui expliquerait leur taux de mortalité de seulement 1/3 de celui de la Chine.

Ni l’Iran ni l’Italie n’ont été inclus dans les tests ci-dessus, mais ces deux pays ont maintenant déchiffré le génome localement dominant et l'ont déclaré comme une variante différente de celles de la Chine, ce qui signifie qu’elles ne sont pas originaires de Chine, mais qu’elles ont nécessairement été introduites à partir d’une autre source.  Il convient de noter que la variante italienne a approximativement le même taux de mortalité que celle de la Chine, trois fois plus élevé que celui des autres nations, tandis que l’haplotype iranien semble être le plus meurtrier avec un taux de mortalité compris entre 10 et 25 %.

En raison de l’énorme couverture médiatique occidentale centrée sur la Chine, une grande partie du monde croit que le coronavirus s’est propagé à toutes les autres nations à partir de la Chine, mais il semble maintenant que cela ait été amplement réfuté.  Avec une cinquantaine de pays dispersés dans le monde ayant identifié au moins un cas au moment de la rédaction de cet article, il serait très intéressant d’examiner des échantillons de virus provenant de chacun de ces pays afin de déterminer leur lieu d’origine, ainsi que les sources à l’échelle mondiale et les modes de propagation.

Le virologiste a également déclaré que les États-Unis ont récemment eu plus de 200 cas de « fibroses pulmonaires » qui ont entraîné la mort de patients incapables de respirer, mais dont l’état et les symptômes ne pouvaient pas être expliqués par une fibrose pulmonaire.  Il a déclaré avoir écrit des articles pour informer les autorités sanitaires américaines et leur demander de considérer sérieusement ces décès comme résultant du coronavirus, mais elles ont réagi en attribuant la responsabilité de ces décès aux e-cigarettes, puis ont fait taire toute autre opinion…

Le chercheur taïwanais a ensuite déclaré que l’épidémie de virus a commencé plus tôt que prévu, en disant : « Nous devons remonter à septembre 2019 ».

Il a évoqué des cas, en septembre 2019, où des Japonais s’étaient rendus à Hawaï et étaient rentrés chez eux infectés.  Ces personnes n’étaient jamais allées en Chine.  C’était deux mois avant les infections en Chine et juste après que le Center for Disease Control (CDC) ait soudainement et totalement fermé le laboratoire de recherche en armes biologiques de Fort Detrick, affirmant que les installations étaient insuffisantes pour prévenir la fuite d’agents pathogènes.

 

Le laboratoire de recherche d'armes biologiques de Fort Detrick

 

Il a déclaré avoir personnellement enquêté très soigneusement sur ces cas (tout comme les virologistes japonais qui sont arrivés à la même conclusion).   Cela pourrait indiquer que le coronavirus s’était déjà propagé aux États-Unis, mais que les symptômes étaient officiellement attribués à d’autres maladies, et donc peut-être masqués.

L’important site d’information chinois Huanqiu a relaté un cas aux États-Unis où une femme s’était fait annoncer par des médecins qu’un de ses parents était mort de la grippe, mais dont le certificat de décès mentionnait le coronavirus comme cause du décès.

Le 26 février 2020, le réseau d’information KJCT8 affilié à ABC News, a rapporté qu’une femme avait récemment déclaré aux médias que sa sœur était morte des suites d’une infection par le coronavirus. Almeta Stone, résidente de Montrose, Colorado, a déclaré : « Ils (le personnel médical) nous ont informés que c’était la grippe, et quand j’ai reçu le certificat de décès, il y avait le coronavirus dans la cause du décès ».

Nous ne pouvons pas déterminer le nombre de ces cas aux États-Unis, mais comme le Center for Disease Control (CDC) ne dispose apparemment d’aucun kit de test fiable et qu’il n’effectue que peu ou pas de tests de dépistage du virus, il se peut qu’il y en ait d’autres.

 

 

Juste pour information :

Au cours des deux dernières années (pendant la guerre commerciale déclarée par les États-Unis), la Chine a connu plusieurs pandémies :

le 15 février 2018 : grippe aviaire H7N4. Elle a rendu malades au moins 1 600 personnes en Chine et en a tué plus de 600. De nombreux poulets ont été tués. La Chine a dû acheter des volailles américaines.

Juin 2018 : Grippe aviaire H7N9. Beaucoup de poulets tués. La Chine a dû acheter des volailles américaines.

Août 2018 : épidémie de grippe porcine africaine. Même souche que la Russie, en provenance de Géorgie. Des millions de porcs tués. La Chine a dû acheter des porcins américains.

24 mai 2019 : infestation massive de Légionnaires d’automne (ou Noctuelles américaines du maïs) dans 14 régions de province en Chine, qui a détruit la plupart des cultures vivrières. S’est rapidement propagée à plus de 8 500 hectares de la production céréalière chinoise. Ces noctuelles produisent un nombre énorme d’œufs. La Chine a dû acheter des produits agricoles américains – maïs, soja.

Décembre 2019 : l’apparition du coronavirus met l’économie chinoise à l’arrêt.

Janvier 2020 : La Chine est frappée par une souche « hautement pathogène » de grippe aviaire dans la province du Hunan. Beaucoup de poulets sont morts, beaucoup d’autres ont dû être tués. La Chine a dû acheter des volailles américaines.

Selon l’adage, les coups du sort vont par trois, pas par six.

Bientôt la Partie 2 de ce texte

Notes & Références encyclopédiques:

Le virus ne provenait pas du marché de fruits de mer...
 

 

Retour au texte

Le virus ne provenait pas du marché de fruits de mer...
 

New study further proves Wuhan seafood market not the source of COVID-19 - Source: CGTN 23 feb 2020

 

Retour au texte

Le virus ne provenait pas du marché de fruits de mer...
 

Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. - Source: The Lancet, 15 feb 2020

 

Retour au texte

il est originaire d'un autre endroit, d'un autre pays...
 

China Focus: Confident novel coronavirus outbreak under control by late April: health expert

Source: Xinhua 2020-02-27

 

Retour au texte

le journal télévisé japonais de la chaîne Asahi a affirmé...
 

Japanese TV report sparks speculations in China that COVID-19 may have originated in US. - On Global Times February 23, 2020

 

Retour au texte

Il convient de noter que la variante italienne a...
 

Souche italienne de coronavirus isolée (texte en anglais)

Source: Le Quotidien du Peuple en ligne, publié le 01 mars 2020

Des chercheurs de l'hôpital universitaire Sacco de Milan, en Italie, ont annoncé le 27 février 2020 qu'ils avaient isolé une nouvelle souche de coronavirus, selon l'ANSA.

La souche du virus d'un patient italien a montré des différences génétiques par rapport à la souche d'origine isolée en Chine.  La découverte a été faite par une équipe dirigée par le professeur Claudia Balotta, selon le directeur du département des sciences biomédicales et cliniques de Sacco, Massimo Galli.   "Le virus est passé inaperçu pendant plusieurs semaines avant que les premiers cas soient constatés ... peut-être depuis la mi-janvier", a déclaré vendredi à l'AFP Massimo Galli.

 

Retour au texte

l'haplotype iranien semble être le plus meurtrier....
 

Coronavirus has Mutated, Iran attacked by a Different Strain from Wuhan 

Sur European Union Times on Feb 26th, 2020

 

Retour au texte

le Center for Disease Control (CDC) ait soudainement et totalement fermé le laboratoire...
 

Fort Detrick lab shut down after failed safety inspection; all research halted indefinitely

Le laboratoire de recherche d'armes biologiques de Fort Detrick qui manipule du matériel à haut niveau causant des maladies, comme Ebola, a été fermé indéfiniment après que le Center for Disease Control and Prevention (CDC) ait constaté que l'organisation n'avait pas respecté les normes de biosécurité.  - Source : journal The Frederick News Post 2 août 2019

 

Retour au texte

sa soeur était morte d'une infection par le coronavirus...
 

Virus contributing factor in Montrose woman's death – Source: KJCT8 (ABC) com, 27 feb. 2020

 

Retour au texte

Source: Larry Romanoff est un consultant en gestion et un homme d’affaires à la retraite.  Il a occupé des postes de direction dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d’une entreprise internationale d’import-export. Il a été professeur invité à l’université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas sur les affaires internationales à des classes supérieures de l’EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l’Occident.  Retour au texte

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 17 mars 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Le coronavirus Covid-19 mérite-t-il la peur qu'il suscite ?

Vision d'Italie: le coronavirus ne serait pas une pandémie et
serait moins dangereux que la pandémie du virus de la peur 

Fiche: grippe pandémique

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Fiche: Grippe pandémique - Analyse - Haut de page