Retour à :  Plan du site - Entrée MétéoPolitique - Finance- Fiche: économie & Finance

Vocabulaire de la finance lié à la crise

A B C D E F G H L M N O P R S T V

A

Actif

bien matériel ou immatériel qui a une valeur monétaire

Agence de notation financière

 
 
 
 
 
 
 
 

Elles émettent des opinions sur la capacité d'un emprunteur à faire face aux remboursements des dettes qu'il a contactées. Elles notent aussi bien les entreprises que les communes emprunteuses, les régions ou les Etats et donnent une information attendues par les marchés.

Les notes s'échelonnent du mythique triple A au D. Plus la note est élevée, plus le risque est faible. Un État noté AAA (le maximum) est assuré de pouvoir lever des capitaux aux quatre coins de la planète et à un taux relativement faible. Plus la note baisse, plus le taux d'intérêt augmente, car les investisseurs réclament alors une prime de risque.

Quelles sont les agences ? L'activité est très concentrée. Il n'y a que trois grandes agences de notation financière dans le monde: deux américaines – Standard and Poor's, Moody's – et Fitch

Autorité des marchés financiers

 

Retour à la liste alphabétique

B

Banque centrale européenne

C'est la banque centrale de l'Union européenne. Indépendante, elle gère la politique monétaire unique. Sa mission principale est d’assurer la stabilité des prix, afin de garantir une croissance saine et durable

Banques de dépôt

institutions financières qui offrent à leurs clients (particuliers et entreprises) des services économiques: dépôt et prêt d'argent

Banques d'investissement

institutions financières qui offrent aux grands investisseurs (entreprises, gouvernements, ...) des services sur les marchés boursiers

Retour à la liste alphabétique

C

CDS
(pour «Credit Default Swap»)

 
 
 
 
 
 

C'est une sorte d'assurance qui permet à un établissement financier de se protéger du risque de défaut de paiement d'un crédit en payant une prime.

Prenons l'exemple d'une entreprise qui émet une dette de x millions d'euros. L'établissement bancaire qui a fourni le crédit souhaite se protéger: il paie donc une prime annuelle à un vendeur. Et en échange, si un événement spécifié dans le contrat tel qu'un défaut de paiement intervient, et seulement en ce cas, la dette est transférée au vendeur de protection contre paiement des x millions d'euros, correspondant à la valeur du capital. A charge pour lui de récupérer ce qu'il peut auprès de l'entité de référence.

Retour à la liste alphabétique

D

Défaut de paiement

C'est le non-respect d'un contrat liant un débiteur à un créancier. Un pays est dans cette situation s'il ne peut régler une échéance de dette ou d'intérêts. On parle de défaut partiel (ou sélectif) quand cela ne concerne qu'une partie de la dette.

Dette souveraine

C'est la dette émise ou garantie par les États.

Retour à la liste alphabétique

E

Économie

 

Effet de levier

recours par une entreprise à des capitaux à crédit en complément de ses fonds propres, afin d'investir dans des placements qui, normalement, procureront des bénéfices supérieurs au coût de l'emprunt

Éthique des affaires

 

Eurobonds

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Également appelés «obligations européennes», ou encore «euro-obligations». En clair, au lieu que chacun emprunte dans son coin, à des taux très variables (faibles pour l'Allemagne, élevés pour la Grèce), les pays de la zone euro se rassemblent pour émettre en commun une partie de leur dette. Une fois l'argent emprunté, il est redistribué aux pays.

Avec ce système, les marchés ne peuvent plus faire la différence entre des titres de dette grecs et des titres allemands. Ainsi, les premiers bénéficient de la solidité des seconds. Finis les «spreads» entre dette hellénique et dette germaine: les eurobonds, garantis par l'ensemble des Etats de la zone euro, auraient par définition un taux unique. Ce qui, on le devine, bénéficierait plus à la Grèce qu'à l'Allemagne. Mais ce pas vers davantage de fédéralisme européen est surtout perçu comme indispensable par une partie des acteurs économiques et politiques pour résoudre la crise de la dette dans la zone euro.

Ces titres de dette fédérale seraient émis par une agence de la dette européenne. Certains voient dans le FESF les prémices d'une telle institution.

Les «eurobonds» sont le grand combat de Jean-Claude Juncker, le président de l'Eurogroupe. L'Italie aussi y est favorable. Mais l'Allemagne pas du tout, en tout cas pour le moment.

Retour à la liste alphabétique

F

La Fed
(Réserve fédérale américaine)

C'est la banque centrale des États-Unis. Elle a pour mission de mettre en place la politique monétaire américaine. La FED doit aussi réguler l'activité bancaire américaine et être préteur en dernier ressort pour les banques commerciales. Avec la Chine et le Japon, l’autre grand détenteur de dettes américaines est la banque centrale elle-même.

Finance

 

Fonds d'investissement

 

Fonds européen de stabilité financière

 
 
 
 
 

Le «Fonds européen de stabilité financière», créé en mai 2010 pour venir en aide aux pays de la zone en difficulté, est doté d’une capacité d’emprunt de 500 milliards d’euros. Il est garanti par les 17 pays de la zone euro.

Il a vu ses pouvoirs étendus au fur et à mesure: après le sommet de mars 2011, il est autorisé à acheter directement de la dette. Après celui du 21 juillet 211, il peut aussi en acheter sur le marché secondaire (celui de l'occasion, en quelque sorte).

Fonds souverains

 
 
 

Ces fonds d'investissement sont détenus ou contrôlés par des Etats. Ils sont devenus aujourd'hui une nouvelle catégorie d'acteurs de la globalisation financière à côté des fonds de pension, des fonds de capital investissement («private equity funds») ou des fonds de gestion alternative («hedge funds»).

Retour à la liste alphabétique

G

Gouvernance

 

Retour à la liste alphabétique

H

Haircut (ou décote)

Perte encaissée par un créancier quand un débiteur renonce à lui rembourser l'intégralité de sa dette dans le cadre d'une restructuration. Dans le cas de l'Argentine, cette décote avait par le passé atteint jusqu'à 70%.

Retour à la liste alphabétique

L

Liquidité

actif qui a un faible écart entre son cours d'achat et son cours de vente. La monnaie est l'actif le plus liquide

Retour à la liste alphabétique

M

Marché financier
(primaire et secondaire)

 
 
 
 
 

Le marché financier se divise en deux types: le marché primaire et le secondaire. Sur le premier (appelé aussi marché du neuf), les titres (actions, obligations) sont proposés pour la première fois à un prix d'émission. Sur le marché secondaire, s'échangent les titres déjà existants (qui ont déjà été émis sur le marché primaire). Sur ce marché dit aussi d' «occasion», les titres sont achetés et revendus pour obtenir des plus-values.

Ces deux marchés ne sont plus physiquement installés nulle part; les transactions se font par ordinateurs, avec selon les cas des intermédiaires plus ou moins nombreux.

Marché interbancaire
 
 

mécanisme par lequel les banques qui ont des liquidités excédentaires (grâce aux dépôts de leurs clients) peuvent les prêter à court terme aux banques qui en ont besoin pour équilibrer leur trésorerie. Le taux d'intérêt est fixé selon l'offre et la demande

Marché monétaire

 
 
 

Il permet aux banques de se prêter de l'argent entre elles, à court et moyen termes. Il est régi par plusieurs taux, notamment le «libor» à Londres, les Fed Funds aux États-Unis et l'Euribor dans la zone euro. La banque centrale peut intervenir sur ce marché pour réguler la liquidité du système bancaire dans son ensemble et orienter ainsi le niveau des taux d'intérêt.

Retour à la liste alphabétique

O

Obligations
(en anglais: bond)

 
 

Acheter une obligation revient à acheter une part d'un emprunt émis par l'Etat, une entreprise ou un organisme public : c'est un titre de créance. Les obligations sont utilisées par les entreprises ou les Etats pour emprunter de l'argent directement sur les marchés financiers. Elles ont un rendement prédéterminé au moment de l'acquisition. Elles sont un placement moins risqué (et donc moins rentable) que les actions, qui sont des titres de participation dans des sociétés.

Retour à la liste alphabétique

N

Notation par les agences financières (cotation)

L'ABC du système de notation des agences financières

Retour à la liste alphabétique

P

Papier commercial (PC)

Le papier commercial est synonyme de billets de trésorerie. Il permet aux entreprises d'emprunter directement auprès d'investisseurs ou d'autres entreprises sans passer par le système bancaire, en obtenant des conditions très proches de celles du marché monétaire tout en diversifiant leurs sources de financement

Papier commercial (PCAA)

 

Les PCAA sont des produits structurés à l'aide de la titrisation. L'opération consiste d'abord à acheter les actifs de différents prêteurs (hypothèques, prêts-bail auto, créances sur cartes de crédit, etc.) pour les regrouper dans une fiducie.Pour financer l'achat de ce portefeuille d'actifs, on émet ensuite du papier commercial, soit des titres de dettes à court terme (30 à 90 jours). Lorsqu'une émission arrive à échéance, d'autres investisseurs réinvestissent. Ainsi, la roue tourne. Sauf s'il n'y a plus de demande. L'explosion des défauts de paiements sur les hypothèques à risque (subprime) aux États-Unis a asséché la demande pour le papier commercial adossé à des actifs qui en contiennent.

Pénurie de crédit (Credit crunch)

réduction par les banques des prêts accordés à leurs clients lorsque le marché est en crise ou qu'elles ne trouvent plus de liquidités à un taux satisfaisant sur le marché interbancaire

Retour à la liste alphabétique

R

Restructuration de la dette

C'est un changement des termes du contrat qui lie débiteurs et créanciers. Cela peut se traduire par exemple par un rééchelonnement de la dette.

Retour à la liste alphabétique

S

Spread

Écart entre le taux d'un placement réputé sans risque (une obligation allemande par exemple) et celui d'un placement à risque (une obligation grecque). Ce qui revient à évaluer la prime de risque exigée par les marchés.

Subprime

Il s'agit d'un prêt accordé à un emprunteur qui possède des garanties inférieures à celles exigées habituellement. Le taux d'intérêt est plus élevé que pour un emprunt habituel, étant donné que le risqué de défaut de paiement est plus élevé

Retour à la liste alphabétique

T

Titrisation
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La titrisation est un montage financier qui permet à une société d'améliorer la liquidité de son bilan. Techniquement, des actifs sélectionnés en fonction de la qualité de leurs garanties sont regroupés dans une société ad hoc qui en fait l'acquisition en se finançant par l'émission de titres souscrits par des investisseurs. L'entité ainsi créée perçoit les flux d'intérêts et de remboursement sur les créances qu'elle a achetées aux banques et les reverse aux investisseurs via le paiement d'intérêts et le remboursement de leurs titres.

Initialement cette technique a été utilisée par les établissements de crédit dans le but de refinancer une partie de leurs encours c'est-à-dire transformer en titres négociables des prêts à la clientèle. Actuellement, les spécialistes proposent à certains grands groupes industriels de titriser des créances commerciales de façon récurrente, de titriser des immeubles d'exploitation, stocks... en bref de rendre liquide presque tout le bilan

Trader

 
 
 
 

Que l'on peut traduire par «opérateur de marché». Il achète et vend des titres pour l'établissement qu'il représente en tentant de dégager des profits. Souvent, il est spécialisé dans un marché: celui des actions, des obligations, des devises, par exemple. Normalement, il ne fait pas ce qu'il veut, il a des normes et des plafonds à respecter. Mais il peut arriver que les traders et les contrôles dérapent

Trésor américain

Désigne le ministère des Finances américain

Retour à la liste alphabétique

V

Ventes à découvert

Ceux qui spéculent jouent avec différents types d’instruments: les CDS (credit default swaps) et les «ventes à découvert». Concrètement, cela consiste à vendre un titre (une action par exemple) que l'on ne détient pas mais dont on suppose qu'il va baisser, afin de réaliser une plus-value. Cette pression contribue à faire baisser les cours.

«Par exemple, je vends aujourd'hui une dette italienne, pour demain, au prix de 100. Moi, j'anticipe que la dette, demain, ne vaudra plus que 50 ( je spécule à la baisse ). Si ça se vérifie, que demain la dette ne vaut plus que 50, je l'achète 50 et je la revends 100 ( le prix qu'on a fixé hier ). Résultat: je fais un bénéfice de 50, grâce à une spéculation à la baisse, sans avoir disposé de la dette »

Retour à la liste alphabétique